Notre-Dame-des-Landes : un escadron de gendarmes mobiles tombe dans une embuscade | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Notre-Dame-des-Landes : un escadron de gendarmes mobiles tombe dans une embuscade
©LOIC VENANCE / AFP

ZAD

Notre-Dame-des-Landes : un escadron de gendarmes mobiles tombe dans une embuscade

Selon des informations de France info, un escadron de gendarmes mobiles serait tombé dans une embuscade sur le site de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.

Alors que les forces de l'ordre continuent d'évacuer les derniers militants présents sur la ZAD tout au long de la semaine, des incidents ont émaillé la journée de jeudi. Selon des informations de France Info, un escadron de gendarmes mobiles est tombé "dans une embuscade".

D'après les premiers éléments recueillis, les faits se sont déroulés à l'entrée de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, vers 13h30, près de la D281, au niveau du carrefour bleu. Selon un premier bilan obtenu par France info auprès du ministère de l'Intérieur, six gendarmes ont été blessés et évacués. D'après des précisions du Maine Libre, un gendarme aurait été touché par un jet d'acide au niveau des jambes, un second touché aux jambes après l'explosion d'une bombe agricole et un troisième aurait été victime d'un jet de pavé sur son casque.  

Selon la gendarmerie, aucune évacuation n'est prévue pour le reste de la journée, qui devrait être consacrée principalement au déblaiement. D'après Le Figaro, 250 zadistes seraient toujours sur place. Le Gouvernement a renoncé au projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes en janvier dernier. Les évacuations devraient se poursuivre dans les prochains jours, malgré l'appel pour une pause du député LREM des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert.

Lu sur France info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !