Nigeria: l'armée libère un nouveau groupe d'otages détenus par Boko Haram | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nigeria: l'armée libère un nouveau groupe d'otages détenus par Boko Haram
©Reuters

Bonnes nouvelles

Nigeria: l'armée libère un nouveau groupe d'otages détenus par Boko Haram

Ce groupe comporte une centaine de femmes et près de soixante enfants. Il y a quelques jours, l'armée avait déjà libéré près de 300 femmes et jeunes filles, également détenues par la secte islamiste.

Les sauvetages se succèdent au Nigeria. Ce jeudi 30 avril, l'armée locale a annoncé avoir libéré un nouveau groupe de femmes et d'enfants détenus par Boko Haram dans la forêt de Sambisa, un des fiefs du groupe islamiste situé au nord-est du pays. "Nous sommes toujours en train de dénombrer les personnes sauvées, mais il y a environ 60 femmes de tous âges et environ 100 enfants", a indiqué le porte-parole de l'armée de terre, Sani Usman. Une otage et un soldat ont malheureusement perdu la vie au court de l'opération, a-t-il précisé, ajoutant que huit otages et quatre soldats avaient également été blessés. Aucun chiffre n'a été donné concernant les pertes de Boko Haram.

Mardi 28 avril, l'armée nigériane avait déjà annoncé avoir libéré 200 filles et 93 femmes dans cette même forêt de l'Etat oriental de Borno. Malheureusement, aucune des 219 lycéennes enlevées il y a un an par la secte, ne font partie des rescapées. Dans le passé, l'armée nigériane avait affirmé savoir où se trouvaient les jeunes filles mais s'était refusée à toute opération de sauvetage en raisons des risques, trop importants. Mais s'il avait suscité une émotion médiatique et internationale sans précédant, cet enlèvement est loin d'être le seul crime du genre commis par Boko Haram.

En effet, la secte aurait enlevé au moins  2 000 femmes et fillettes depuis le début de l'année 2014, selon les informations de l'organisation Amnesty International. Certaines d'entre elles ont été soumises au travail forcé et à l'esclavage sexuel tandis que d'autres ont même été forcées à combattre en première ligne avec les combattants islamistes.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !