Nigeria : nouvelle vague d'enlèvements de jeunes filles, Boko Haram fortement soupçonné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nigeria : nouvelle vague d'enlèvements de jeunes filles, Boko Haram fortement soupçonné
©

Violences

Nigeria : nouvelle vague d'enlèvements de jeunes filles, Boko Haram fortement soupçonné

Au moins 60 femmes et jeunes filles ont été enlevées dans le village de Kummabza, dans l'Etat de Borno au Nigéria. Par ailleurs, au moins 30 jeunes garçons auraient été tués en essayant de protéger les malheureuses.

Selon des responsables locaux et des habitants, au moins 60 femmes et jeunes filles ont été enlevées dans le village de Kummabza, dans l'Etat de Borno au Nigéria, ont annoncé plusieurs agences de presse ce mardi 24 juin. Par ailleurs, au moins 30 jeunes garçons auraient été tués en essayant de protéger les malheureuses.

Ces tueries et enlèvements auraient eu lieu au cours d'une série d'attaques, d'après des habitants qui ont fui les violences. Le quartier général de la Défense nationale nigériane a affirmé lundi 23 juin au soir sur Twitter qu'il cherchait "à confirmer les nombreuses informations faisant état d'enlèvements de jeunes filles dans le Borno". Boko Haram est fortement soupçonné. Le 15 avril dernier, le groupe terroriste avait déjà enlevé plus de 200 femmes et jeunes filles, au nord-est du pays, bastion historique des insurgés. Ces enlèvements avaient provoqué une mobilisation internationale sans précédent. De nombreux gouvernements ont notamment proposé leur aide au Nigéria pour retrouver les lycéennes. 

Le 12 mai, le chef de Boko Haram avait diffusé une vidéo qui montrait une centaine de ces jeunes filles. Couvertes d'un voile, elles étaient assises par terre en extérieur, en train de réciter le premier chapitre du Coran. Dans cette vidéo, les terroristes exigeaint notamment la libération de membres de leur organisation, ce que les autorités nigérianes ont exclu. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !