Nigéria : des centaines de femmes et enfants retenus par Boko Haram ont été libérés par l'armée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'armé nigériane assure avoir abattu trente rebelles présumés de Boko Haram.
L'armé nigériane assure avoir abattu trente rebelles présumés de Boko Haram.
©Reuters

Calvaire terminé

Nigéria : des centaines de femmes et enfants retenus par Boko Haram ont été libérés par l'armée

D'après l'ONG Amnesty International, Boko Haram a capturé au moins 2 000 femmes au Nigeria depuis le début de l'année 2014.

Une opération militaire visant des sites du groupe terroriste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria a permis la libération de 338 otages, dont 138 femmes et 192 enfants, mardi 27 octobre. Les personnes libérées ont ensuite été acheminées vers un camp de déplacés à Mubi, dans l’Etat d’Adamawa.

Cette opération a été organisée contre "des camps présumés des terroristes de Boko Haram dans les villages de Bulajilin et Manawashe", non loin de la forêt de Sambisa, où se trouve l'un des repères des combattants islamistes, a expliqué ce mercredi l’armée nigériane, qui assure avoir abattu trente rebelles présumés de Boko Haram et avoir mis la main sur des armes et des munitions.

D'après l'ONG Amnesty International, Boko Haram a capturé au moins 2 000 femmes au Nigeria depuis le début de l'année 2014. Le kidnapping de plus de 200 lycéennes à Chibok en avril 2014 avait alarmé la communauté internationale, et aucune information ne permet encore de savoir si ces jeunes filles font partie du groupe libéré par l'armée cette semaine.

L'armée a aussi déclaré dans son communiqué avoir pris en embuscade et abattu quatre insurgés qui se dirigeaient vers la ville de Gubula, dans l’Etat d’Adamawa afin d'y perpétrer des attentats-suicides. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !