Nicolas Sarkozy veut faire de la défense "une priorité absolue" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy veut faire de la défense "une priorité absolue"
©

Programme extérieur

Nicolas Sarkozy veut faire de la défense "une priorité absolue"

Opération sentinelle, Général Soubelet, accord européen avec la Turquie, Donald Trump...L’ancien président a donné une longue interview au Figaro sur la politique extérieure de la France et de l'Europe.

Toujours pas candidat, Nicolas Sarkozy continue d’exposer son programme pour 2017. Cette fois, c’est la défense qui l’intéresse, alors que la France vit sous la menace du terrorisme sur son territoire et en France. Voici les points à retenir :

Le budget de la défense : ‘’La défense est une priorité absolue (…) Baisser la garde n'aurait aucun sens. Nous devons faire un effort sans précédent pour préserver la sécurité des Français à l'intérieur et défendre nos intérêts à l'extérieur’’ explique Nicolas Sarkozy, proposant ‘’un effort sans précédent pour le budget de la défens (…) Nous prévoyons de le porter à 1,85 % du PIB, contre 1,5 % aujourd'hui, soit 35 milliards d'euros en 2018 et 41 milliards en 2022. Cela représente près de 32 milliards d'euros cumulés supplémentaires sur l'ensemble du prochain quinquennat. Notre objectif est d'atteindre les 2 % du PIB en 2025.’’

La modernisation de l’armée : ‘’Je souhaite instaurer une revue stratégique dès l'été 2017 pour prendre des engagements que nous serons capables de tenir durant un quinquennat’’ affirme-t-il, soulignant que ‘’nos armées sont sur-employées et les financements ne sont pas au rendez-vous.’’

‘’Il faut à toute force maintenir le lien entre l'armée et la nation’’ insiste l’ex-chef d’Etat. ‘’Je souhaite l'extension du service militaire adapté qui existe déjà en outre-mer (…) Mon idée est la suivante: le jour de leurs 18 ans, ceux qui n'ont pas d'emploi ou qui ne suivent pas de formation devront effectuer un service militaire adapté obligatoire d'un an.’’

L’opération sentinelle : ‘’A terme, l'armée doit intervenir sur les théâtres extérieurs, la police et la gendarmerie sur le théâtre intérieur’’ rappelle-t-il. ‘’En cas de problème d'effectifs, il faut activer prioritairement la réserve des policiers et des gendarmes, dont c'est le métier.’’

Les opérations extérieures : Trop longues, selon Nicolas Sarkozy : ‘’En Centrafrique, nous ne devions pas intervenir plus de quelques mois. Je m'étonne de l'incapacité du pouvoir actuel de mobiliser une coalition autour des forces françaises au Mali. Nous sommes quasiment seuls au Sahel pour tenir avec 3 000 hommes un territoire vaste comme trois fois la France.’’

Le général Bertrand Soubelet : ‘’Il a dit la vérité sur la montée des violences dans notre pays. Il a fait ses déclarations à la suite d'une audition devant une commission parlementaire. Attendait-on qu'il mente à la représentation nationale? Il a dit la vérité, celle d'une politique pénale menée en dépit du bon sens par une garde des Sceaux, Mme Taubira, qui n'avait pris à aucun moment la mesure de sa fonction. Les réactions de sa hiérarchie politique ont été déplacées.’’

L’Union européenne : ‘’Au point où nous en sommes, il faut un nouveau traité, un traité de refondation’’ martèle Nicolas Sarkozy. ‘’C'est la proposition que la France devra mettre sur la table dès le début de l'alternance. Et cela quelle que soit l'issue du référendum sur le Brexit. Dans l'organisation de la zone euro, il faut aller jusqu'au bout de l'intégration: je proposerai la création d'un Fonds monétaire européen et d'un secrétaire général du gouvernement économique qui agisse comme un véritable directeur du Trésor.’’

‘’S'agissant de l'Europe à 28, il faut revoir complètement la répartition des compétences entre les États et l'Union’’ explique-t-il. ‘’L'Europe doit recentrer ses compétences sur pas plus d'une dizaine de politiques communes prioritaires. Notamment, le droit de la concurrence européen doit être complètement revu. La Commission européenne ne peut pas constituer tout à la fois un exécutif, un législatif et un tribunal.’’

L’accord européen avec la Turquie : ‘’C'est une humiliation pour l'Europe de se laisser manipuler par les autorités turques’’ tranche le patron des Républicains. ‘’La levée de l'obligation de visas est une folie dans le contexte sécuritaire et migratoire que nous connaissons. Il est normal d'aider la Turquie qui compte plusieurs millions de réfugiés chez elle, mais est-on sûr que les 6 milliards d'euros promis à Ankara ne pourraient pas être mieux utilisés ailleurs?’’

Une Europe de la défense : ‘’Une défense européenne intégrée est une fausse bonne idée, contraire au principe d'indépendance nationale. Faut-il mettre le feu nucléaire français sous l'autorité des Vingt-Huit? On serait rayés de la carte avant d'avoir convoqué les chefs d'État et de gouvernement.’’

La candidature de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis : ‘’Je conseillerai aux prévisionnistes une grande modestie, chez nous comme ailleurs’’ a-t-il souligné. ‘’Nous devrons travailler avec le président américain choisi par les Américains. N'ayons pas l'arrogance d'indiquer nos préférences, même si chacun connaît ma proximité ancienne avec Mme Clinton. Quant à M. Trump, on ne peut pas dire que je me reconnaisse dans un certain nombre de ses formules outrancières. Je suis un ami des États-Unis. Mais on n'est pas ami avec les États-Unis parce qu'on aime son président.’’

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !