Un succès selon Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un succès selon
Nicolas Sarkozy
©

Loi Ciotti

Un succès selon Nicolas Sarkozy

Les mesures sur l'absentéisme scolaire (dite loi Ciotti) ont contribué au retour sur les bancs de l'école, de nombreux élèves.

C'est à l'occasion d'un déplacement à Plaisir en Yvelines, où il venait de visiter le collège Blaise-Pascal, que Nicolas Sarkozy a loué le premier bilan de la loi sur l'absentéisme scolaire (dite loi Ciotti), entrée en vigueur le 24 janvier 2011.

Le chef de l'Etat s'est exprimé ce jeudi, à l'occasion d'une table ronde publique et devant un millier de personnes, dont 700 chefs d'établissements scolaires de l'académie de Versailles. 

Nicolas Sarkozy est alors revenu sur les chiffres, déjà rendus publics le 9 juin par le ministre de l'Education Nationale, Luc Chatel, sur l'application de cette loi qui permet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme prolongé.

Depuis son entrée en vigueur, environ 28 000 lettres d'avertissement ont été adressées par les inspecteurs d'académie aux familles dont les enfants ont été absents sans justification plus de quatre jours et demi en un mois.

Nicolas Sarkozy a fait remarquer que "la seule rencontre avec les familles consécutives à cet avertissement a été suffisante pour faire revenir à l'école environ 22 000 absentéistes."  Une mesure concluante pour le chef de l'Etat. "Est-ce que ça ne valait pas le coup ?", a-t-il demandé en interpellant la salle.

A ceux pour qui le premier avertissement n'avait pas eu d'effet, 6 280 lettres ont été envoyés, a poursuivi Nicolas Sarkozy, rappelant que si ce deuxième avertissement n'est pas suivi d'effet, le directeur de la caisse d'allocations familiales est alors obligé par la loi de suspendre le versement des allocations.

Lu sur le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !