Nicolas Sarkozy pense qu'il aurait pu être "'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy pense qu'il aurait pu être "'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon"
©France 2

Si seulement…

Nicolas Sarkozy pense qu'il aurait pu être "'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon"

Un an après, Nicolas Sarkozy n'arrive toujours pas à digérer sa défaite à la primaire de la droite et refait le match dans sa tête.

Un an après, Nicolas Sarkozy n'arrive toujours pas à digérer sa défaite à la primaire de la droite. Valeurs Actuelles du 14 septembre dévoile des propos de l'ex-chef de l'Etat dans un indiscret : "Si je n’avais pas été candidat, j’aurais été 'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon. En tant qu’ancien président et favori des militants, il aurait suffi que je dise : 'Je suis prêt à prendre mes responsabilités' pour que Fillon se retire et me cède la place. La pression aurait été trop forte. Mais je ne regrette rien. Personne n’aurait pu imaginer le scénario complètement fou auquel nous avons assisté". Selon lui, les primaires "ne sont pas faites pour un ancien chef de l’Etat, elles nivellent par le bas, elles abaissent". Il explique par ailleurs qu'il "ne regrette rien".

 

Lu sur le Lab politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !