Nicolas Sarkozy juge que François Fillon est "mort" politiquement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy juge que François Fillon est "mort" politiquement
©Reuters

Carbonisé

Nicolas Sarkozy juge que François Fillon est "mort" politiquement

Selon Le Canard Enchaîné et L'Express de ce mercredi, la guerre est bien ouverte entre le président de l'UMP et son ancien Premier ministre.

Il y a quelques jours au lendemain des élections départementales et du succès de l'UMP, Le Point racontait la guerre que se faisait Nicolas Sarkozy et François Fillon. L'hebdomadaire écrivait qu'entre les deux hommes, les tensions étaient vives et que le président de l'UMP avait bien l'intention de se venger de son ex-Premier ministre coupable selon lui d'avoir voulu accélérer la procédure dans l'affaire des pénalités du parti. Pour Sarkozy, pas de doutes, Fillon et son avocat sont derrière tout cela.

Ce mercredi, nouvelles indiscrations sur le sujet de L'Express et du Canard Enchaîné. Pour les deux journaux, le président de l'UMP ne digère pas cette "trahison" et entend bien le lui faire payer. Et l'Express évoque une discussion houleuse qui se serait déroulée le 29 mars puis indique que Nicolas Sarkozy a lâché en off : "Fillon est mort!". L'ancien président de la République est "sûr" de détenir "les preuves" de l'implication personnelle de Fillon dans l'affaire des pénalités.

Une allégation confirmée par Le Canard Enchaîné. "Fillon, je le veux à terre et sans oxygène. L'histoire dans l'histoire, c'est bien Fillon. J'ai tous les faits, toutes les preuves, les faits sont très précis. C'est lui qui a tenté, via son avocat Sureau, de me faire mettre en examen. Et d'accélérer la procédure judiciaire par l'intermédiaire du secrétaire général de l'Élysée" aurait dit Sarkozy. Et l'ancien chef de l'Etat n'entend pas pardonner : "même si Fillon n'est plus un problème car il n'est plus dans la course, les saloperies qu'il a faites ne resteront pas sans suite. Il y a des limites qu'il ne faut pas franchir, et lui, il les a franchies allègrement".

Et cette bataille avec François Fillon aurait décuplé la motivation de Nicolas Sarkozy selon l'hebdomadaire satirique. "La récré est finie. Les élections primaires ont été annoncées, mon nouveau parti va être lancé. La machine est en marche. Jusqu'à maintenant, j'ai fait le gentil, maintenant, je ne vais plus laisser respirer mes concurrents" aurait dit le patron de l'UMP. Il va y avoir du sport jusqu'à la primaire en 2016.

 

Lu sur le canard enchaîné

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !