Nicolas Sarkozy expose ses regrets : "Quand j'étais président, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy expose ses regrets : "Quand j'étais président, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale"
©Reuters

Mea Culpa

Nicolas Sarkozy expose ses regrets : "Quand j'étais président, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale"

Le président de l'UMP assure qu'il aurait dû évoquer le fait qu'il voulait défendre les valeurs de la République.

Est-ce le temps des regrets ou un simple mea culpa ? Faute avouée... Ainsi, Nicolas Sarkozy est revenu sur le thème de l'identité nationale qui lui tenait tant à coeur. En janvier, déjà, il évoquait même une "erreur" quant au choix du ministère concerné. Pour lui, c'est le ministère de la Culture et non celui de l'Immigration qui aurait dû s'occuper du débat "sur un sujet important". 

Sur son blog, le journaliste Alexandre Lemarié, explique que lors de la commission exécutive, organisée le mardi 7 avril, a vu se réunir les proches de l'ex-président : Brice Hortefeux, Luc Chatel, Frédéric Péchenard, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez ou encore Gérald Darmanin. Ensemble, ils ont choisi le nouveau nom du parti : "Les Républicains".

L'un des participants a rapporté que Nicolas Sarkozy aurait justifié le choix de ce nom en soulignant que le concept de république est "un peu sacré" et reste difficile à attaquer. Et d'insister : "C'est un mot qui fédère largement", avant de regretter : "quand j'étais président de la République, je n'aurais pas dû parler d'identité nationale mais dire que je voulais défendre les valeurs de la République".

Julien Aubert, cofondateur de l’agence de publicité Aubert Storch Associés Partenaires (Asap), qui a déposé la marque "Les Républicains" à l’INPI, explique à Europe 1 : "Les Républicains, ça exprime l’idée de collectif, la notion de famille, un rassemblement qui soit assez large pour réunir toutes les couleurs". Voilà qui est clair.

lu sur Le Lab d'Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !