Nicolas Sarkozy évoque la primaire : "Je n'ai pas l'habitude d'être en retard" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy évoque la primaire : "Je n'ai pas l'habitude d'être en retard"
©Reuters

Pile à l'heure

Nicolas Sarkozy évoque la primaire : "Je n'ai pas l'habitude d'être en retard"

Dans un article, Europe 1 révèle plusieurs confessions du patron des Républicains sur son calendrier politique.

Il n’est pas officiellement candidat, mais Nicolas Sarkozy prépare plus que jamais le terrain. Le président des Républicains se trouvait à Nice, ce mardi, afin de dédicacer son livre, La France pour la vie. L’ancien chef de l’Etat a participé à une réunion publique pour soutenir Marine Brenier, candidate LR à une législative partielle organisée fin mai…et en a profité pour évoquer la primaire, selon des informations d’un article d’Europe 1.

"Croyez-moi, je n'ai pas l'habitude d'être en retard", a -t-il déclaré. "Je sens monter l'attente, je n'ai rien perdu de ma passion ni de mon énergie." En privé, Nicolas Sarkozy aurait expliqué pourquoi il ne veut pas se presser "Il faut que ça monte. Il y a un scénario, un fil à tirer". Et de se placer au-dessus des candidats à la primaire et à la présidence de la République. "Vous voulez que j'ajoute mon nom à cette longue liste, que je sois candidat entre Geoffroy Didier et Rama Yade ?".

Pour le patron des Républicains, "les candidats de l'establishment et des médias, les gens n'en veulent plus". Il cite le récent exemple autrichien. "Les partis politiques traditionnels de gauche comme de droite ont été balayés. Pourquoi ? Parce qu'ils avaient oublié l'exigence des électeurs pour s'en tenir à la pensée unique, à la lâcheté, à une forme de démission", juge-t-il. "Je ne veux pas de ça en France." et d'ajouter : "Nous gagnerons sur nos idées".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !