Nicolas Sarkozy : pour Thierry Mandon, le président de l'UMP propose un "retour vers le futur" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Thierry Mandon
Thierry Mandon
©BFM Business

Contre-attaque

Nicolas Sarkozy : pour Thierry Mandon, le président de l'UMP propose un "retour vers le futur"

L'interview de l'ancien président de la République publiée ce lundi par Le Figaro a fait réagir le PS.

"Voter pour le FN au premier tour, c'est faire gagner la gauche au second. C'est le FNPS ! Voter pour l'UMP n'a jamais en revanche fait gagner la gauche. Voter FN, si. La seule réalité électorale, c'est le FNPS". La phrase de Nicolas Sarkozy ce lundi matin dans Le Figaro a fait réagir le parti socialiste et principalement Thierry Mandon.

Le secrétaire d'État a contre-attaqué en jugeant que le président de l'UMP proposait un "retour vers le futur""Il propose aux Français, si demain ils votent UMP, de faire une sorte de retour vers le futur. Par exemple revenir vers la suppression d'un fonctionnaire sur deux, qui a détruit des emplois dans la police, la justice, l'Éducation nationale, revenir à des baisses d'impôts pour les plus favorisés, et même en pire puisqu'il propose d'allonger la durée du travail des fonctionnaires, la retraite à 63 ans" a dit Thierry Mandan sur France 2.

"Il y a un vrai sujet de crédibilité de propositions et à mon avis, cela explique une des raisons de la montée du Front national : la faiblesse du programme de l'UMP, ces propositions qui ne sont, ni plus ni moins, que revenir à une politique qui a échoué" a encore dit le socialiste qui juge "incompréhensible" l'argument du "FNPS" présenté par le président de l'UMP.

A LIRE AUSSI - Nicolas Sarkozy met en garde contre le "FNPS" et réaffirme sa "détermination"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !