Nicolas Sarkozy : le retour des fidèles pour préparer la présidentielle de 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy prépare discrètement la suite
Nicolas Sarkozy prépare discrètement la suite
©Reuters

Prise en main

Nicolas Sarkozy : le retour des fidèles pour préparer la présidentielle de 2017

Dans l'ombre de l'organigramme officiel, des têtes biens connues reprennent du service autour du président de l'UMP.

Le plan Sarkozy se poursuit. Après son retour très médiatisé à la politique et la prise de l'UMP, Nicolas Sarkozy prépare désormais l'avenir et notamment 2017, même s'il prétend que sa candidature "n'est pas obligatoire."

En toute discrétion, les artisans de la victoire en 2007 sont de retour aux manettes. A commencer par Emmanuelle Mignon, chef de cabinet puis conseillère du président Sarkozy. Elle avait quittée l'Elysée deux ans après son élection avant d'être rappelée en urgence à quelques mois de l'élection de 2012. Depuis plusieurs mois, elle fait partie des "visiteurs du soir," tout comme Xavier Musca, ex- secrétaire général de la présidence de 2011 à 2012. Camille Pascal, conseiller de Nicolas Sarkozy à la même époque, est lui aussi très présent dans l'ombre.

Les nouveaux talents ne sont pas en reste. On connaît Gérald Darmanin, député-maire de Tourcoing, nommé porte-parole du candidat pour la présidence de l'UMP et désormais secrétaire général adjoint aux élections du parti. Mais pour préparer 2017, Nicolas Sarkozy veut déjà recruter la prochaine génération, notamment auprès des assistants parlementaires UMP. Selon Europe 1, un "appel au bénévolat" a été lancé parmi les hauts-fonctionnaires de droite. Brice Hortefeux aurait ainsi mis à disposition du président de l'UMP un groupe de jeunes énarques  pour faire "remonter des analyses et des idées."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !