Nice : trois militaires agressés, le parquet antiterroriste saisi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'agression s'est déroulée à proximité de la place Massena à Nice.
L'agression s'est déroulée à proximité de la place Massena à Nice.
©capture street view

Terrorisme ?

Nice : trois militaires agressés, le parquet antiterroriste saisi

L'auteur de l'agression ainsi qu'un complice présumé ont été immédiatement interpellés.

Acte de terrorisme ou œuvre d'un dément ? Aucune piste n'est écartée après l'agression de trois militaires dans le centre-ville de Nice, dans les Alpes-Maritimes. Les trois hommes étaient en faction devant un centre communautaire juif dans le cadre Vigipirate, renforcé depuis les attentats de Paris et de sa région.

Les faits se sont déroulés vers 14 heures avenue Jean Médecin, à proximité de la place Massena, devant un immeuble abritant le consistoire israélite de Nice et Radio Shalom et une association israélite. Arrivant devant les militaires, l'homme a alors sorti deux grands couteaux puis a agressé à l'arme blanche l'un d'entre eux, le blessant en haut du visage. Les deux autres militaires, venus secourir leur collègue, ont eux été blessé légèrement à la jambe et au menton. Leur pronostic vital n'est pas engagé.

Selon Nice-Matin, l'agresseur aurait été contrôlé quelques minutes à bord du tramway. N'ayant pas de billet, il aurait payé une amende sans opposer de réticences. D'après les premiers élements, l'homme aurait pour nom de famille Coulibaly, mais aucun lien n'a pour le moment été réalisé avec l'auteur de la prise d'otage de la Porte de Vincennes. 

L'auteur de l'agression, âgé d'une trentaine d'années, a immédiatement été interpellé, notamment grâce à l'aide d'agents du tramway qui passaient à proximité. Une action immédiatement saluée par le maire de Nice, Christian Estrosi, sur Twitter.

Lu sur Nice Matin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !