Newsweek, l’hebdomadaire américain, parle de la "chute de la France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Newsweek, l’hebdomadaire américain, parle de la "chute de la France"
©

Arme lourde

Newsweek, l’hebdomadaire américain, parle de la "chute de la France"

Nouvel assaut de la presse étrangère : l'article mentionne que "la France se meurt lentement. Le socialisme est en train de la tuer". Tout le monde n'est visiblement pas d'accord...

Le "French bashing" se poursuit. Depuis des mois, la France est victime d'articles peu flatteur de la presse étrangère. Les journalistes du monde entier raillent le pays et ses dirigeants. Vendredi, François Hollande était la risée de nombreux hebdomadaires pour ses poignées de mains manquées. Dimanche, c'est la France toute entière qui a été la cible de Newsweek.

Dans son article titré "The fall of France" soit "la chute de la France", la journaliste décrit de manière peu flatteuse (et avec des clichés) ce qui se passe dans notre pays. Pour elle, "ce qui se passe aujourd'hui en France est comparable à la révocation de l'édit de Nantes de 1685". Cette année-là, écrit-elle les huguenots fuient la France, "ils partirent sans argent, mais prirent avec eux leurs nombreuses compétences". Aujourd'hui, ce sont les "talents" qui quittent la France. "Les meilleurs penseurs de France ont quitté le pays. Ce qui reste n'est que médiocrité". Pour elle, "la France se meurt lentement. Le socialisme est en train de la tuer."

Quelques phrases plus loin, l'article explique qu'il "est de plus en plus difficile de démarrer une petite activité lorsque vous ne pouvez pas licencier des employés inutiles et embaucher de nouveaux talents". Face à ces critiques, la contre-attaque s'est organisée sur Twitter. On pouvait lire: "Newsweek ou la France vue du 6e arrondissement" ou encore Dominique Seux, journaliste aux Echos qui se moquait de la journaliste américaine qui avait écrit que la ministre des PME se nommait... "Fleur Pellegrin".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !