Nelson Mandela : sa famille s'est réunie dans son village d'enfance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nelson Mandela, hospitalisé à la Mediclinic Heart de Pretoria, est toujours dans un état critique
Nelson Mandela, hospitalisé à la Mediclinic Heart de Pretoria, est toujours dans un état critique
©SIPHIWE SIBEKO / Reuters

Délivrance ?

Nelson Mandela : sa famille s'est réunie dans son village d'enfance

Ce mardi 25 juin, la famille du premier président noir d'Afrique du Sud s'est réunie dans le fief de l'icône de la lutte contre l'apartheid afin d'évoquer différents sujets.

L'espoir de voir Nelson Mandela fêter ses 95 ans (le 18 juillet) se réduit comme peau de chagrin. Toujours dans un état critique à la Mediclinic Heart de Pretoria, la planète toute entière est suspendue au dernier souffle de l'homme qui a incarné la résistance face à l'apartheid, emprisonné 27 ans pour cette cause.

Sa famille s'est réunie à Qunu au Cap oriental (sud), le village d'enfance de l'ex-président (1994-1999), à commencer par sa fille aînée Makaziwe. Le but de cette réunion, au-delà des prières, serait de préparer le futur proche, avec l'organisation des obsèques et de l'héritage, mais également d'évoquer l'arrêt de l'acharnement thérapeutique. A l'heure où ces lignes sont rédigées, son cerveau ne répondrait plus. C'est d'ailleurs dans cette même localité que l'ancien président avait décidé de passer ses derniers jours, avant ses rapatriements hospitaliers à Johannesburg, en 2011, et donc à Pretoria aujourd'hui.

En attendant, de nombreux Sud-Africains patientent devant l'hôpital. "Nous devons le garder dans nos prières et laisser le Tout-Puissant décider du reste, et espérer qu'il va continuer à nous bénir de sa présence parmi nous, et bien sûr chercher à l'imiter dans ce qu'il a fait de mieux", a de son côté déclaré à la radio le vice-président Kgalema Motlanthe.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !