Nanterre : soupçons de dérives au crématorium | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Nanterre : soupçons de dérives au crématorium
©

Sordide

Nanterre : soupçons de dérives au crématorium

Certains employés auraient bafoué le respect dû aux morts.

Les faits relatés sont graves. Au crématorium de Nanterre dans les Hauts de Seine, certaines dérives semblent avoir eu lieu. Dans une lettre anonyme, un des anciens employés d'OGF, leader français du service funéraire et gestionnaire de l'endroit, a dénoncé certaines pratiques. Il indique en effet notamment que plusieurs défunts incinérés dans un même four, que des cendres humaines sont mélangées avec d'autres ou qu'il existe parfois des confusions dans les urnes.

"Certains maniaient les cendres comme des pizzas, sans respect pour les défunts. J'en ai vu mettre deux cercueils dans un four pour aller plus vite, alors que les familles assistaient à la crémation" raconte-t-il. Les faits ont été confirmés par le licenciement d'un des employés. Le Parisien a lu sa lettre de licenciement et explique que "pour rattraper un retard" par exemple, il n'hésite pas à "réunir dans un coin du four les restes non encore consumés (ossements) et introduire ainsi un nouveau cercueil..." Selon la direction, il aurait quatre jours plus tôt, "inversé les cendres de deux défunts". 

L'auteur de la lettre "accuse un autre collègue, toujours en poste, d'avoir laissé le corps incinéré d'un bébé mort-né dans un four durant toute une nuit le 14 mars". Le journal explique grâce à ce "corbeau" que "tout a été jeté et les parents, qui n'avaient pas souhaité être présents à la cérémonie de dispersion des cendres, n'en ont jamais rien su".

La liste des négligences et des dérives seraient très importantes. "Lorsque les urnes étaient trop petites, les excédents de cendres humaines auraient régulièrement été jetés dans des voliges, réceptacle prévu pour les anciens corps exhumés", une pratique illégale raconte Le Parisien. Une enquête devrait être ouverte. Contactés par Le Figaro, le crématorium de Nanterre et le groupe OGF n'ont pas réagi.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !