Najat Vallaud-Belkacem : "200 incidents ont été recensés pendant la minute de silence ou après" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Najat Vallaud-Belkacem : "200 incidents ont été recensés pendant la minute de silence ou après"
©Reuters

Analyse

Najat Vallaud-Belkacem : "200 incidents ont été recensés pendant la minute de silence ou après"

Invitée de RTL ce jeudi matin, la ministre de l'Education a confirmé le chiffre avancé la veille. Elle a aussi concédé que les questions des rites et du respect de l'autorité se posent à l'école.

Najat Vallaud-Belkacem a décidé de faire preuve de fermeté à l'égard de ceux qui ont perturbé la minute de silence organisée dans les établissements scolaires à la suite des attentats de Charlie Hebdo. "L'école est en première ligne. Elle sera ferme pour sanctionner, pour créer du dialogue éducatif, y compris avec les parents. Même là où il n'y a pas eu d'incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves" avait-elle expliqué mercredi devant les députés à l'Assemblée nationale.

Ce jeudi sur RTL, la ministre de l'Education nationale est restée sur la même ligne. "À peu près 200 incidents ont été recensés pendant la minute de silence ou après" a-t-elle dabord confirmé. Avant de dire que le travail éducatif auprès des élèves étaient "immense". "Un jeune sur cinq croit a la théorie du complot" a indiqué Najat Vallaud-Belkacem qui souhaite "débriefer avec ces élèves ce qu'ils vivent en dehors de l'école".

Comment réagir à cette attitude ? Comment les professeurs doivent-ils se positionner ? La question est posée car beaucoup n'ont pas su réagir. "Cela pose la question de leur formation" a estimé la ministre ajoutant vouloir "prendre le temps de la réflexion avant d'annoncer des mesures". 

En cas d'incident de ce type dans une école, pour la ministre, c'est aux chefs d'établissements "de faire remonter les informations". Selon elle, "la France entière est concernée". Enfin, interrogée sur la Marseillaise et le fait que certains enseignants la fassent systématiquement chanter à leurs élèves, Najat Vallaud-Belkacem a jugé que la question des rites et du respect de l'autorité se pose à l'école. "Pourquoi pas la Marseillaise à l'école, ou se lever quand un adulte rentre dans la salle" a-t-elle affirmé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !