Nadine Morano réitère ses propos sur "la race blanche" et dit : "Je me fous du Front national" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nadine Morano réitère ses propos sur "la race blanche" et dit : "Je me fous du Front national"
©Reuters

A vot' bon coeur

Nadine Morano réitère ses propos sur "la race blanche" et dit : "Je me fous du Front national"

La député européenne a profité de son passage sur France 2 pour rappeler qu'elle était candidate à la primaire Les Républicains et expliqué : "Si 100 000 personnes donnent 10 euros chacun, je pourrai être candidate."

Nadine Morano ne lâche rien. Ainsi, ce mardi matin, la député européenne a réitéré ses propos, sur le plateau des "4 Vérités" sur France 2 : "Je ne retire rien et j'assume. Je n'ai pas dit que les Français sont de race blanche, mais que la France est un pays de race blanche (...) Ca se voit quand on arrive à l'aéroport, comme ça se voit quand on arrive en Côte d'Ivoire que c'est un pays de race noire, ou de type noir, peu importe le mot".

Puis, elle s'est défendue de tout rapprochement avec le FN. "Je me fous du Front national. (...) Qu'on ne me parle pas de Marine Le Pen, je sais que c'est une obsession dans ma famille politique. Qu'on ne me parle pas de ce parti qui prône un retour de quarante ans en arrière. Je n'ai rien à voir avec cela." 

A la veille d'une réunion qui devrait entériner son éviction des listes aux régionales, Nadine Morano persiste et signe donc. Celle qui devait être tête de liste aux régionales pour Les Républiacains a répété à qui veut l'entendre qu'elle ne faisait que citer des propos du Général de Gaulle. Elle a insisté en assurant qu'elle avait le soutien du petit-fils de l'ancien président de la République. Elle promet de le mettre en ligne sur sa page Facebook.

A lire aussi : Pourquoi l’affaire Nadine Morano est la dernière polémique dont Nicolas Sarkozy avait besoin face à l’offensive de ceux qui l’accusent d’avoir des convictions Canada Dry

Le sort de la candidate aux régionales Nadine Morano sera tranché ce mercredi lors d'une réunion de la commission des investitures du parti Les Républicains. L'intéressée ne sera pas présente. Et d'expliquer : "Au même moment, François Hollande et Angela Merkel parleront de la crise des migrants à Strasbourg. C'est mon rôle de député européenne d'y être plutôt que d'assister à une commission qui traite de problèmes politiciens".

Nadine Morano a également profité de son passage sur le plateau de France 2 pour rappeler qu'elle était candidate à la primaire de droite organisée en 2016. Elle a appelé les téléspectateurs à la générosité : "Si 100 000 personnes donnent 10 euros chacun, je pourrai être candidate." 

Lu sur Lexpress

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !