Nadine Morano menace de ne pas suivre Nicolas Sarkozy et de faire campagne contre lui | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nadine Morano menace de ne pas suivre Nicolas Sarkozy et de faire campagne contre lui
©

Retournement de situation

Nadine Morano menace de ne pas suivre Nicolas Sarkozy et de faire campagne contre lui

L'ancienne ministre annonce qu'elle "ne suivra pas" l'ex-président "sans conditions".

Elle était considérée comme étant l'une de ses plus grandes fidèles. Pourtant, ce vendredi, Nadine Morano a pris tout d'un coup ses distances avec l'ancien chef de l'Etat. Dans une interview accordée au magazine Marianne, parue jeudi, Nadine Morano lui reproche ouvertement les choix qu'il pourrait faire pour péparer son retour en politique. 

"Aujourd'hui, c'est une nouvelle page qui s'ouvre, je ne le suivrai pas sans conditions", a déclaré l'ancienne ministre,  avant de continuer : "le gouvernement c'était une concentration d'énarques, ce n'était pas représentatif de la France. Puis, il y a eu l'ouverture, on a signé des portefeuilles à des fens qui ont appelé à voter François Hollande en 2012".  Elle va même plus loin et menace Nicolas Sarkozy de "faire campagne contre lui" si jamais "il recommence ces conneries".

La députée européenne UMP a par ailleurs critiqué les choix qu'il pourrait faire pour constituer sa garde rapprochée. "Il sait que je lui porte de l'affection mais quand je le vois aller chercher des gens qui lui crachent à la figure je ne vois pas l'intérêt". Dans un article du journal Le Monde paru le 7 août dernier, Nadine Morano avait déjà lancé un avertissement à Nicolas Sarkozy : "qui a mis Jean-François Copé à la présidence de l'Assemblée en 2007, (…) c'est à lui de choisir les bons. Il ne peut pas s'entourer que d'énarques ou d'héritiers". 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !