Municipales 2014 à Paris : NKM déjà en ordre de bataille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
NKM a lancé sa campagne
NKM a lancé sa campagne
©Reuters/Charles Platiau

La campagne est lancée

Municipales 2014 à Paris : NKM déjà en ordre de bataille

En inaugurant un local qui servira de base de travail, Nathalie Kosciusko-Morizet a lancé ce lundi sa campagne pour les primaires de l'UMP qui désigneront le candidat à la mairie de Paris.

Nathalie Kosciusko-Morizet veut plus que tout la mairie de Paris. Elle en rêve. Et pour que celui-ci se réalise, l'ancienne ministre de l'Ecologie met le bleu de chauffe. Après avoir attaqué à maintes reprises Anne Hidalgo, elle lance officiellement sa campagne ce lundi pour les primaires de l'UMP qui désigneront son candidat à la mairie de Paris. En effet, avant de se présenter face à sa rivale socialiste, Nathalie Kosciusko-Morizet doit affronter d'autres candidats de son propre camp. Et pour espérer sortir vainqueur, elle présente donc des "idées" "articulées autour de deux piliers" : "bien dans Paris" et "fiers de Paris".

Inaugurant un local dans le 2e arrondissement parisien qui va lui servir de base dans sa bataille pour la capitale, la favorite des primaires à droite a précisé qu'elle présenterait un "programme définitif (...) à l'automne". "On ne peut pas, d'un côté, dire que le programme se construit au fur et à mesure comme je suis en train de le faire et, de l'autre, mettre sur le bureau, un an avant, un programme ou un bouquin clé en main comme si tout était fini", a assuré l'ancienne ministre. Mais "des idées, il y en a", a ajouté NKM. Frappée par la récurrence de l'"idée que vivre à Paris est un combat" dans ses discussions avec les Parisiens, la candidate a expliqué : "Je crois qu'un maire doit tout faire pour rendre la vie plus facile et plus douce, c'est autour de cette idée que sont articulées les propositions de "bien dans Paris"".

Quant au volet intitulé "fiers de Paris", Nathalie Kosciusko-Morizet l'a défendu comme un axe de lutte contre "le sentiment aujourd'hui qu'il y a un risque de distanciation, de perte de chances, de ce que certains appellent le déclassement". Sur des sujets contemporains, comme l'écologie ou le numérique, l'ancienne ministre de l'Écologie a jugé que la capitale n'était pas "à la pointe".

La favorite des primaires de l'UMP a lancé sa campagne en précisant que celle-ci serait "fortement numérique" du fait que le vote aura lieu en ligne. Un "kit militant" est proposé aux électeurs qui la soutiennent pour "mobiliser" via Twitter avec un badge, via Facebook avec une bannière ou encore par e-mails avec le tract de NKM pour les primaires. Lundi, le site Internet www.primairesparis.fr a été mis en ligne et les électeurs parisiens qui le souhaitent pourront s'inscrire pour le vote jusqu'au 28 mai, en téléchargeant une image de leur carte d'électeur ou carte d'identité et en payant la somme de 3 euros. Les élections, elles, auront lieu du 31 mai au 3 juin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !