Municipales 2014 : Valérie Trierweiler pointe le "danger du Front national" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Valérie Trierweiler s'est exprimée sur les élections municipales
Valérie Trierweiler s'est exprimée sur les élections municipales
©Reuters

Consigne de vote

Municipales 2014 : Valérie Trierweiler pointe le "danger du Front national"

L'ancienne première dame s'est confiée ce vendredi à RTL.

Elle était discrète depuis les révélations de Closer. Depuis sa rupture avec François Hollande, elle ne s'était que peu exprimée. Valérie Trierweiler est sortie de son silence ce vendredi sur RTL. L'ex-Première dame s'est dans un premier temps confiée en marge d'une opération avec le Secours populaire au musée des Arts forains, à Paris. "Je suis fidèle au Secours populaire. Julien Lauprêtre qui préside ce très beau mouvement a été l'une des premières personnes que j'ai rencontrées en arrivant à l'Elysée, et c'est lui qui m'a convaincue de m'engager auprès d'eux", a-t-elle expliqué.
"Je continuerai quoi qu'il arrive, et quoi qu'il soit arrivé d'ailleurs. Je suis peut-être un peu plus libre de mes paroles et de mes gestes mais ça ne fait pas d'autre différence quant à mon engagement pour le Secours populaire", a-t-elle poursuivi. Une liberté de parole qu'elle a tenu à mettre en pratique. En effet, Valérie Trierweiler n'a pas hésité à évoquer les élections, expliquant que "c'est important de voter". "Moi je n'ai malheureusement pas la chance d'avoir un deuxième tour, mais je suis allée voter au premier tour", a déclaré l'ancienne première dame. 
Et la journaliste de conclure : "C'est important et il y a quand même le danger du Front national, il ne faut pas qu'on l'oublie, s'il n'y avait qu'un seul message ce serait celui-là".
lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !