Municipales 2014 : "L'occasion de sanctionner la gauche", pour Jean-François Copé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales 2014 : "L'occasion de sanctionner la gauche", pour Jean-François Copé
©

Ça rigole pas

Municipales 2014 : "L'occasion de sanctionner la gauche", pour Jean-François Copé

Pour le président de l'UMP, l'enjeu de ces élections locales est national. Il a épinglé le PS et rejeté toute alliance possible avec le Front national.

"Cette élection municipale va être un test de vérité, aussi bien sur le plan local que national." Pour Jean-François Copé, président de l’UMP, les élections municipales de mars seront "l'occasion de sanctionner la gauche". Lors de la convention UMP de jeudi, il a évoqué "deux domaines où la gauche locale et la gauche nationale sont les mêmes" : la sécurité -"neuf fois sur dix ce sont des villes de gauche" qui rencontrent des problèmes de sécurité- et la fiscalité -"ce sont les villes de gauche qui ont largement augmenté les impôts locaux".

Autre axe largement développé : l’attitude à adopter vis à vis de l'extrême droite. Jean-François Copé défend alors une ligne "claire" : "Le refus total d'alliance avec le Front national." "Nous n'avons pas la même histoire, nous n'avons pas les mêmes valeurs et nous n'avons pas le même programme", insiste-t-il. Ceux qui songeraient, entre les deux tours, à passer des alliances avec le parti de Marine Le Pen, seront exclus immédiatement, prévient-il. 

Appelant les candidats à "faire du terrain comme jamais" et à "évoquer les sujets locaux, comme les sujets nationaux", il martèle son ambition : "Aller le plus haut possible dans la reconquête." Pour l'impopulaire président de l’UMP une victoire de son parti aux municipales serait plus que bienvenue.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !