Mouvement social en Guyane : Bernard Cazeneuve appelle à "l'apaisement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Mouvement social en Guyane : Bernard Cazeneuve appelle à "l'apaisement"
©Flickr

Colère

Mouvement social en Guyane : Bernard Cazeneuve appelle à "l'apaisement"

Depuis lundi, un mouvement social inédit paralyse le département de Guyane.

Routes barées, écoles fermées, rideaux baissés dans les boutiques... Depuis une semaine, la Guyane est à l'arrêt, à tel point qu'un tir d'Ariane 5 à Kourou a été reporté, et des centaines d'avions ont dû faire demi-tour. Les raisons de la colère sont nombreuses : le sénateur de Guyane Antoine Karam évoque sur Franceinfo "une insécurité plus importante que dans les grandes métropoles au niveau hexagonal (...), des meurtres, des braquages. (...) Près de 30% de la population n'a pas accès à l'eau potable ni à l'énergie électrique, alors que l'on a une base spatiale". Dans 20 Minutes, un syndicaliste résume : "De manière générale, les Guyanais ne supportent plus d’être la cinquième roue du carrosse, des oubliés de la République."

Face à cette situation, "J’appelle à l’apaisement, j’appelle au calme, j’appelle au dialogue parce que rien ne se construit dans le désordre et l’affrontement", a déclaré ce samedi Bernard Cazeneuve au micro de BFM TV en marge d’une visite au Salon du livre, à Paris.

"Nous avons pris des dispositions de manière à ce que le dialogue puisse s’engager en Guyane, que nous puissions prendre des mesures le plus rapidement possible. Je suis aussi très attaché à ce qu’en Guyane, comme partout ailleurs sur le territoire national, ce soit le respect et la concertation qui prévalent sur toutes les formes de violences", a ajouté le Premier ministre.

Il a annoncé vendredi l’envoi d’une mission interministérielle sur place.

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !