Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Tricherie

Moteurs diesel : Renault accablé par un rapport de la répression des fraudes

La répression des fraudes pointe notamment des écarts importants entre les performances de certains moteurs Renault au moment de leur homologation en laboratoire et leur utilisation en conditions réelles.

Le journal Libération a révélé mardi 14 mars le contenu du procès-verbal rédigé en novembre 2016, selon lequel Renault "a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution". Le constructeur automobile a été visé par l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris le 12 janvier.

Rédigé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), ce document assure que Renault "a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de polluants", révèle Libération. 

>>>> À lire aussi : Soupçons de tricherie à la pollution diesel : l'Etat peut-il correctement assumer son double rôle de juge et partie dans l'affaire Renault ?

La répression des fraudes pointe notamment des écarts importants entre les performances de certains moteurs Renault au moment de leur homologation en laboratoire et leur utilisation en conditions réelles. Le Renault Captur (norme Euro 6) et la Clio IV (Euro 5), dont le seuil réglementaire d'émission de dioxyde de carbone est dépassé de plus de 300%, sont mis en cause.  

"Ces résultats permettent de soupçonner l'installation d'un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx dans des conditions spécifiques du test d'homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires", explique le procès-verbal. 

"Le groupe Renault ne commentera pas l'enquête en cours (...) Renault n'ayant pas accès dossier (…) En conséquence, Renault ne peut confirmer la véracité, l'intégralité, et la fiabilité de l'information citée dans cet article", a indiqué le groupe ce mercredi dans un communiqué. 

 

 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !