Mory Ducros et Arcole trouvent un accord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mory Ducros et Arcole trouvent un accord
©

Les négociations avancent

Mory Ducros et Arcole trouvent un accord

L'accord ouvre la voie à la mise en œuvre d'un plan social qui doit permettre de sauver quelques 2 000 emplois, sur les 5 000 menacés.

Cette fois, ça y est. Le transporteur Mory Ducros et le groupe Arcole, repreneur du transporteur, ont trouvé un accord ce vendredi 28 février, accord qui ouvre la voie à la mise en œuvre d'un plan social qui doit permettre de sauver environ 2 000 emplois sur les 5 000 menacés précise lemonde.fr.

Depuis la validation de l’offre de reprise par le tribunal de commerce, en début de mois, les négociations avec le patron du groupe Arcole piétinaient sur le plan social. Et Mory Ducros était pressé par le temps : le transporteur a jusqu’au 5 mars pour envoyer les lettres de licenciements.

Ce vendredi après-midi, Mory-Ducros doit déposer le plan de sauvegarde de l’emploi à l’administration du travail, pour ensuite mettre en oeuvre les mesures de licenciements. Le groupe Arcole menaçait jsuque-là de se retirer du dossier du dossier si le plan social ne respectait pas ses conditions.

Les représentants des salariés refusaient qu'Arcole puisse "faire son marché" en choisissant avec des critères flous de "compétence professionnelle" les 2 210 salariés qui doivent être gardés.

Selon une source syndicale, le plan vendredi "contient des critères de licenciement un peu édulcorés". En outre, le groupe Arcole et le régime de garantie AGS ont, selon la même source, conclu un "accord secret" pour partager le risque financier "en cas de recours contre le plan de sauvegarde de l'emploi", souligne lemonde.fr.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !