Mortalité routière : une baisse record de 11,6% observée au mois de juillet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mortalité routière : une baisse record de 11,6% observée au mois de juillet
©Reuters

En progrès

Mortalité routière : une baisse record de 11,6% observée au mois de juillet

D'après la Sécurité routière, Il s'agit du chiffre le plus bas observé pendant cette période depuis 60 ans.

L'été constituant souvent la période de l'année la plus propice aux accidents de la route, l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) s'est réjoui de cette baisse de 11,6% observée sur le mois de juillet 2014 : "C'est le nombre de décès sur les routes le plus bas jamais enregistré pour un mois de juillet depuis 1954".

En marge de cette annonce, la publication de deux autres chiffres atteste également d'une amélioration multiple : les accidents corporels ont baissé de 15,6%, alors que le taux de blessés hospitalisés pendant plus de 24 heures suite à un accident de la route a quant à lui baissé de 18,6%. "Les usagers de deux-roues motorisés, avec 42 vies sauvées le mois dernier par rapport à juillet 2013, sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration" a déclaré l'organisme de la Sécurité routière. 

Seul bémol observé au cours de cette période d'accalmie estivale : la "hausse de la mortalité pour les occupants de véhicule de tourisme (+ 6 personnes tuées) et pour les cyclistes (+ 12 personnes tuées)" dont a fait état la Sécurité routière dans son communiqué. L'ONISR se refuse néanmoins à tout triomphalisme et exhorte toujours les usagers à faire preuve de prudence : entre janvier et juillet 2014, la Sécurité routière dénombre en effet 1 833 morts sur les routes, ce qui représente une hausse de 4,1% par rapport à celui observé en 2013 à la même période. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !