Mortalité routière : nouvelle forte baisse au mois d'avril | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La mortalité routière a baissé en avril.
La mortalité routière a baissé en avril.
©Flickr/maarjaara

Bonne nouvelle

Mortalité routière : nouvelle forte baisse au mois d'avril

La mortalité routière a enregistré une nouvelle diminution de 15,4 % au mois d'avril.

Bonne nouvelle sur les routes. La mortalité routière a en effet enregistré une forte baisse au mois d'avril, selon un communique de la Sécurité routière. Ainsi, au mois d'avril, 234 personnes ont perdu la vie sur les routes de France contre 277 un an plus tôt, soit une baisse de 15,4% par rapport à avril 2012. Au mois de mars, le nombre de morts sur les routes avait déjà baissé de 26,8%.

Plus précisément, la Sécurité routière estime que le nombre d'accidents corporels est "quasiment stable", soit 4 451 en avril 2013 contre 4 426 en 2012. De même, le nombre de blessés est passé de 5 602 en 2012 à 5 576 aujourd'hui.

En revanche, le nombre de blessés hospitalisés est en hausse de 9,6%, soit 2 096 personnes admises dans un centre hospitalier contre 1 913, un an auparavant. 183 personnes supplémentaires sont donc concernées. Néanmoins, tous les indicateurs de l'accidentalité routière connaît un net recul depuis janvier : -12,1% pour les personnes tuées, -10,2% pour les personnes blessées, -4,1% pour les personnes hospitalisées et -10,3% pour le nombre d'accidents corporels.

De mai 2012 à avril 2013, le nombre de personnes tuées s'élève à 3 525 contre 3 763 sur la même période, une année plus tôt, soit 238 vies sauvées. A l'occasion du week-end de l'Ascension, la Sécurité routière appelle à la "vigilance de tous pour que la route reste un espace de liberté et de sécurité partagée".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !