Mort de Soleimani : l'Iran compte se venger des Etats-Unis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Illustrations
Illustrations
©Reuters

Une vengeance qui approche à grand pas ?

Mort de Soleimani : l'Iran compte se venger des Etats-Unis

La mort du général Qassem Soleimani a déclenché une vague de protestations en Iran contre les Etats-Unis. Un mot raisonne en boucle depuis quelques jours, celui de la "vengeance" pour l'assassinat de celui qu'une majorité de la population considère comme un "martyr" tué par les forces américaines.

"Un cauchemar historique". Voici l'un des propos tenus lors de l'enterrement de Qassem Soleimani, tué par un raid américain en Irak, vendredi 3 janvier 2020. Un assassinat qui révolte une grande partie des citoyens iraniens ainsi que l'armée. Le pays du général a envisagé 13 "scénarios de vengeance" contre les Etats-Unis, rapporte le site MailOnline. Le but : venger la mort de leur martyr. 

Mort de Qassem Soleiman : "une vengeance écrasante"

Téhéran a exigé une "vengeance écrasante" sur l'Amérique. La capitale envisage 13 "scénarios de vengeance", a déclaré Ali Shamkhani, un haut responsable du conseil suprême de sécurité nationale iranien. Il a d'ailleurs ajouté que même la plus faible option choisie par la capitale contre les Etats-Unis créera quoi qu'il arrive un "cauchemar historique". L'homme n'a révélé aucun détail spécifique sur les plans, il a juste expliqué que toutes les forces américaines au Moyen-Orient peuvent être touchées par des frappes iraniennes (5000 soldats américains en Irak et 500 sont tjours en Syrie). 

"Nous insistons pour que toutes les troupes soient retirées", a-t-il insisté, rapporte le journal iranien Resalat. "Si les troupes veulent creuser dans les bases, nous détruirons les bases en plus des troupes. Ceux qui rampent dans les abris et ferment les portes dans l'espoir d'échapper à notre vengeance ignorent que la République islamique ouvrira la porte à l'enfer". Dans un autre discours, l'homme a martelé : "Si les troupes américaines ne quittent pas notre région volontairement et debout, nous ferons quelque chose pour transporter leurs corps horizontalement".

A noter que le parlement iranien a adopté ce mardi 7 janvier un projet de loi désignant tous les "terroristes" des forces américaines pour cette tuerie. Tous ceux qui ont ordonné l'assassinat de Qassem Soleimani ont été désignés comme étant des terroristes : "Toute aide à ses forces, y compris militaire, de renseignement, financière, technique, de service ou logistique, sera considérée comme une coopération dans un acte terroriste", ont annoncé les législateurs iraniens. Ils ont aussi scandé "Death to America" en votant pour l'adoption du projet de loi. Ils ont également voté pour ajouter plus de 170 millions de livres sterling pour remplir les coffres de la Force Quds (la branche des opérations étrangères des gardiens de la révolution iraniens dirigée par Soleimani).

Expulsions rapides de toutes les troupes américaines

Le pays a déjà déchiré ce qui restait de l'accord nucléaire signé sous Obama à la suite de la grève, et l'Irak a voté pour expulser toutes les troupes américaines. Des roquettes ont également été lancées dans la zone verte entourant l'ambassade des États-Unis à Bagdad. La zone fera l'objet d'attaques croissantes à compter de ce mardi 7 janvier (la période de deuil de trois jours est arrivée à échéance). 

Hassan Nasrallah, le secrétaire général libanais du Hezbollah soutenu par l'Iran, a annoncé que toutes les bases américaines, tous les navires de guerre et tous les soldats de la région sont désormais une cible. "Le véritable et juste châtiment pour ceux qui ont mené cet assassinat est une institution, qui est l'armée américaine'', a-t-il déclaré lors de la cérémonie de deuil de la mort de Qassem Soleimani à Beyrouth ce dimanche. "Nous allons lancer une bataille contre ces tueurs, ces criminels", a affirmé le secrétaire général libanais. 

Une attaque "majeure" arrive en Iran ? 

Un responsable a déclaré que les États-Unis prévoyaient une attaque "majeure" dans les prochains jours. L'armée a renforcé la protection de ses forces, en particulier en Irak. Par ailleurs, l'US Air Force est aussi sur ses gardes dans l'Utah. En effet, la branche aérienne a effectué un exercice d'entraînement avec 52 chasseurs furtifs F-35A Lightining II : "Nous sommes prêts à voler, à combattre et à gagner '', a tweeté le 419th Fighter Wings.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !