Mort de Jean-Luc Delarue : La fin d'un homme de télé ambitieux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Mort de Jean-Luc Delarue : La fin d'un homme de télé ambitieux
©

Nécrologie

Mort de Jean-Luc Delarue : La fin d'un homme de télé ambitieux

Animateur et producteur à succès dans les années 1990 et au début des années 2000, Jean-Luc Delarue a contribué à la diffusion de nombreuses émissions encore présentes sur nos écrans. Malade depuis 2011, il est mort jeudi soir.

Jean-Luc Delarue avait fait le choix de se retirer du monde médiatique pour vaincre son cancer. Avant l’annonce de son décès, jeudi soir, les rumeurs annonçant la mort de l’animateur de 48 ans avait déjà circulé à tort.

L'homme avait commencé sa carrière en 1986  sur l’ancêtre de M6, TV6 et rejoint la chaîne de radio Europe1 pour animer les matinales et le Top 50. Puis durant les années 1990, il enchaîne les nouveaux projets et présente à partir de 1991 et jusqu’en 1994 La Grande Famille, sur Canal+.

Il rejoint ensuite France 2 où il présente une série d’émissions et créé la même année sa société de production Reservoir Prod.  Durant ses années sur le service public, il enchaîne les programmes à succès  dont Ca se discute qui ne se terminera qu’en 2009 mais aussi Déjà Dimanche et Déjà le retour (1995). La même année, il s’attaque aussi à la tranche 19-20 de France 2 avec C’est l’heure. En 1998, il présente Jour après Jour en prime-time et obtient même un Sept d’or en 2001. Outre ses émissions, il se consacre à d’autres activités et notamment Reservoir Prod, qui produit des émissions célèbres. En 2001, il ouvre un restaurant de cuisine chinoise à Paris, Le Nubo, et gère dans le même temps l’image et la communication du récent champion olympique de boxe Brahim Asloum.

Connu pour ses dérapages et sa consommation d’alcool et de drogue, il devient la cible des magazines people. En 2007, il insulte les hôtesses d’un avion Air France. Pour empêcher qu’il ne perturbe le vol, le personnel de l’avion finit par lui mettre des menottes et se retrouve dès son retour en garde à vue après les plaintes de trois membres de l’équipage et reconnaît être coupable de '"violences et outrages sur personnes chargées d'une mission de service public et tentative d'entrave à la circulation aérienne". Il est finalement condamné à un "stage de citoyenneté"

Deux ans plus tard, lors de la cérémonie  remise des Globes de cristal, il fait, en direct, une blague douteuse à l’écrivain Yamina Benguigui, aujourd’hui membre du gouvernement Ayrault (en tant que ministre déléguée en charge des Français de l'étranger et de la Francophonie), lui demandant : "Vous voulez que je vous tienne votre Globe... ou vos globes ?".

Il finira par s’excuser publiquement et se réconcilier avec elle. Le 14 septembre de l'année suivant, il est interpellé et placé en garde à vue dans le cadre d’une affaire de stupéfiants, ce qui provoque sa mise à l’écart de France 2. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !