Mort de Gérard Théry, l'un des fondateurs du Minitel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le Minitel, précurseur français d'Internet, est exposé au Museum of Failure à Los Angeles le 7 décembre 2017.
Le Minitel, précurseur français d'Internet, est exposé au Museum of Failure à Los Angeles le 7 décembre 2017.
©Robyn Beck / AFP

Disparition

Mort de Gérard Théry, l'un des fondateurs du Minitel

Gérard Théry est mort à l’âge de 88 ans. Il avait participé à la création du Minitel, lorsqu'il était directeur général des Télécommunications.

Le polytechnicien Gérard Théry, qui a participé à la création du Minitel en France quand il était directeur général des Télécommunications de 1974 à 1981, est mort le 18 juillet dernier à 88 ans, selon des informations du Figaro.

L’un des fondateurs du Minitel, Gérard Théry, est décédé le 18 juillet dernier, d’après des informations du Figaro. Il était âgé de 88 ans. Gérard Théry avait participé à la création du Minitel, lorsqu'il était directeur général des Télécommunications.

Spécialiste de l'informatique, Gérard Théry a été diplômé de l'École polytechnique en 1952 puis de l'École nationale supérieure des télécommunications en 1957. Il a fait toute sa carrière dans ce domaine. Il a intégré le ministère des PTT en 1955 et est devenu conseiller du ministre Jacques Marette, en 1966-1967.

Gérard Théry est connu pour avoir travaillé à la création du Minitel. Ce terminal, livré gratuitement avec le téléphone, a longtemps été un des fleurons français avant d'être supplanté dans les usages par le World Wide Web et de s'éteindre le 30 juin 2012, 30 ans après son lancement commercial.

A son apogée, en 1996, le Minitel recensait plus de 10 000 fournisseurs de contenus pour 26 000 services actifs. Neuf millions de terminaux étaient en circulation au début des années 2000. Il restait encore près d’un demi-million d’utilisateurs fin 2011, six mois avant la fin du Minitel en raison d’impératifs techniques.

Après sept années à la direction générale des télécommunications, il a continué à s'impliquer sur ces sujets. Il a notamment été chargé en 1994 d'une mission préparatoire à un projet de loi sur les autoroutes électroniques. Il a été responsable de la mission sur le « passage informatique à l'an 2000 », en 1998.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !