Mort de Clément Méric : Une vidéo de la bagarre mais (déjà) plusieurs interprétations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mort de Clément Méric : Une vidéo de la bagarre mais (déjà) plusieurs interprétations
©

Hauteur(s) de vue(s)

Mort de Clément Méric : Une vidéo de la bagarre mais (déjà) plusieurs interprétations

Une bande d’images de vidéosurveillance de la station de métro Havre-Caumartin ( IXe arrondissement de Paris) a été visionnée par les enquêteurs. Mais deux rédactions en tirent des conclusions différentes.

La mort de Clément Méric  le 5 juin dernier continue de susciter de vifs débats. Et une nouvelle polémique. La radio RTL a affirmé la première ce mardi 25 juin avoir vu les images recueillies par les enquêteurs, fournies par la RATP. Selon le journaliste qui a eu accès à ces bandes, on distinguerait bien Clément Méric se ruer dans le dos d’Esteban Morillo, jeune skinhead appartenant à la mouvance Troisième Voie. Ce dernier se retournerait alors afin de lui rendre la pareille. Un coup est donné, et le jeune militant d’extrême gauche s’effondre. Pas de précisions si un deuxième coup a été donné.

Mais pour le quotidien Libération, la version n’est pas la même. Bien que la journaliste n’ait pas eu accès à la vidéo, elle affirme de source proche de l’enquête que les images sont orientées au niveau du trottoir. De fait, seules les jambes des protagonistes impliqués dans la bagarre seraient visibles. Clément Méric serait identifiable grâce aux chaussures de couleur claire qu’il portait, et Esteban Morillo reconnaissable grâce à ses godillots. Clément Méric assènerait  bien un coup à Morillo, mais pas de quoi en conclure pour Libération que le jeune étudiant de Sciences Po se « précipite » sur le jeune d’extrême droite.  Toujours pour Libération qui cite sa source : "Qu’est-ce que cela changerait si Méric assénait un coup dans le dos à Morillo au cours de la bagarre ? Les échanges de coups ne sont niés par personne, ni côté extrême gauche, ni côté extrême droite". 

En revanche, les deux rédactions s’accordent sur plusieurs points : la longue attente des jeunes d’extrême gauche pour en découdre avec leurs opposants idéologiques, l’absence de poing américain dans les coups donnés par Esteban Morillo à Clément Méric. Une fois à terre, le jeune homme n’a pas été lynché comme cela avait pu être évoqué auparavant.

Après la publication du papier de Libération sur le site internet du journal, la station de la rue Bayard a riposté et réitéré ses affirmations en fin de journée : "C'est une bagarre générale qui a été captée par cette caméra, qui n'a pas seulement filmé des pieds et des chaussures, mais des corps en mouvement et des visages. Son objectif n'enregistre pas au ras du bitume, mais va jusqu'à environ 1 mètre 50 de hauteur". 

Par ailleurs en fin de journée toujours, le groupuscule d'extrême droite Troisième Voie et son service d'ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), ont annoncé leur dissolution. Enregistrée depuis une semaine en préfecture, le leader Serge Ayoub a indiqué l'avoir fait pour l'honneur, et ne pas être dissous par d'autres. Le gouvernement, qui avait annoncé la dissolution de ces groupuscules d'extrême droite,  a indiqué que les décrets seraient présentés en conseil des ministres fin juin ou début juillet. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !