Mort de Chavez : "Ce qu'il est ne meurt jamais" selon Mélenchon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Jean-Luc Mélenchon appréciait Hugo Chavez
Jean-Luc Mélenchon appréciait Hugo Chavez
©Reuters

Défense

Mort de Chavez : "Ce qu'il est ne meurt jamais" selon Mélenchon

Une marée humaine a envahi les rues de Caracas ce mercredi pour escorter la dépouille d'Hugo Chavez.

S'il a bien un défenseur en France, c'est bien Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Front de gauche est monté au créneau ce mercredi pour encenser l'action d'Hugo Chavez et ce, quelques heures après sa mort. Il a également annoncé des rassemblements organisés par son parti dans plusieurs grandes villes en fin de journée, notamment à Paris à 18h30 au pied de la statue de Simon Bolivar, cours de la Reine, dans le 8e arrondissement.

"Ce jour est un jour de deuil pour nous et pour de très nombreux peuples et militants. Nous nous sentons liés de coeur", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, les yeux rougis et le teint pâle. Le président du Parti de gauche a dénoncé les "commentaires haineux, vulgaires que nous voyons se multiplier dans les médias européens", au lendemain de la mort du président vénézuélien. À l'Usine située aux Lilas (Seine-Saint-Denis), ancien QG de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle, les drapeaux vénézuéliens, français et du Front de gauche étaient en berne. Il a appelé "à ce qu'on observe au moins 24 heures de trêve dans la haine anti-chaviste, anti-populaire, anti-pauvres, anti-révolutionnaires qui sévit sur les ondes dans toute l'Europe". "Chavez a été la pointe avancée d'un processus large dans l'Amérique latine, qui a ouvert un nouveau cycle pour notre siècle, celui de la victoire des révolutions citoyennes", a-t-il déclaré.

"Les Européens si prétentieux, arrogants, méprisants, l'infecte social-démocratie qui depuis 24 heures se répand en injures contre les figures progressistes d'Amérique latine feraient bien de se souvenir qu'au Venezuela, contrairement à la France [...], on a fait reculer la pauvreté de manière spectaculaire, éradiqué ce qui est classé comme extrême pauvreté [...]. L'analphabétisme a été éradiqué [...], on est parvenu à faire progresser de 70 % la scolarisation des enfants. Voilà le bilan que nous portons fièrement à l'heure où l'image de Hugo Chavez va se retirer", a ajouté Jean-Luc Mélenchon.

"Ce qu'est Chavez ne meurt jamais. C'est l'idéal inépuisable de l'espérance humaniste, de la révolution", a martelé le coprésident du Parti de gauche, précisant "il n'a pas seulement fait progresser la condition humaine des Vénézuéliens, il a fait progresser d'une manière considérable la démocratie". "J'ai honte pour nous tous en Europe du niveau lamentable des commentaires que j'ai vus. Comment pouvez-vous être aussi infâmes et aussi bas ? Comment pouvez-vous être devenus à ce point aussi insensibles à ce que représente le progressisme latino-américain dans ces moments de l'histoire pour avoir pour tout commentaire des insultes [...] ?" a-t-il demandé.

Video

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !