Montpellier : bataille rangée entre militants turcs et kurdes place de la Comédie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Montpellier : bataille rangée entre militants turcs et kurdes place de la Comédie
©Reuters

No Recep, no Cry

Montpellier : bataille rangée entre militants turcs et kurdes place de la Comédie

Dimanche, place de la Comédie à Montpellier, des heurts ont éclaté au milieu d'une manifestation opposant Turcs et Kurdes. Le calme n'est revenu qu'avec l'aide de la police, qui a placé trois militants kurdes en garde-à-vue.

Ça a commencé comme une simple manifestation. Ils n'étaient pas plus d'une trentaine au départ, place de la Comédie à Montpellier. Des militants kurdes pro PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Armé et terroriste, le parti est surtout actif en Turquie, en Syrie et en Iran. Il s'oppose fermement au gouvernement turc.

Ce dimanche midi, c'est pour ça qu'ils sont là. En marge d'une manifestation turque "contre le terrorisme", prévue un peu plus tard dans l'après-midi, après l'attentat d'Ankara le 13 mars dernier.

Aux alentours de 14h, ils sont une cinquantaine de Kurdes à clamer "A bas Erdogan", "Nous sommes tous PKK", derrière un cordon de police. Devant l'Opéra Comédie, un mouvement de foule se produit, les militants kurdes s'en prennent directement aux turcs. Les forces de l'ordre tentent de disperser les manifestants au gaz lacrymogène.

Vers 15 h, après deux interpellations côté kurde, 800 militants turcs débarquent des quatre coins de la région, face à une petite centaine de pro-kurdes.

Ce n'est que vers 17 h 30, et après qu'un troisième kurde ait été interpellé, que les CRS parviennent à un retour au calme.

Les trois militants pro-PKK ont été placés en garde-à-vue. Depuis dimanche soir, leurs soutiens se tiennent devant le commissariat central de Montpellier pour demander leur libération.

Lu sur Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !