Mondial 2014 : l'Allemagne sacrée championne du monde pour la quatrième fois de son histoire, l'Argentine pleure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
La détresse des supporters argentins qui devront attendre pour un troisième sacre mondial
La détresse des supporters argentins qui devront attendre pour un troisième sacre mondial
©Reuters

Titre suprême

Mondial 2014 : l'Allemagne sacrée championne du monde pour la quatrième fois de son histoire, l'Argentine pleure

Les Allemands ont fait la fête toute la nuit pour célébrer ce quatrième titre qu'ils attendaient depuis 1990. La liesse populaire s'est emparée des rues de Berlin.

L'Allemagne a décroché son quatrième titre mondial samedi soir en battant l'Argentine (1-0) dans un match haletant de suspens. Mario Götze, le milieu offensif allemand a libéré un pays tout entier en inscrivant l'unique but de cette rencontre dans la seconde période des prolongations. Suite à la victoire et au sacre, des centaines de milliers d'Allemands ont laissé éclater leur joie dans Berlin. Devant la Porte de Brandebourg, au cœur de la capitale, plus de 250 000 personnes rassemblées dans l'aire de supporters pleine à craquer et ses écrans géants, sautent en agitant les drapeaux allemands. Partout en Allemagne, on a pu voir des scènes de liesse, notamment relayées sur les réseaux sociaux et Twitter. 

 

Malgré cet échec en final, comme en 1990, et des performances en dents de scie, l'Argentine a pu se consoler avec le titre honorifique du meilleur joueur du tournoi, remis à son capitaine, Lionel Messi. Une décision étonnante et loin de faire l'unanimité au regard de sa performance dans cette finale et tout au long du Mondial. Thomas Mullër ou Arjan Robben aurait très bien pu prétendre à ce titre. Même Diego Maradona a été surpris : "Je donnerai tout à Messi mais ce n'est pas juste de récompenser quelqu'un juste pour des histoires de marketing". 

Toutefois, c'est bien la tristesse et parfois même l'incompréhension qui fait la règle en Argentine depuis le coup de sifflet final. Il faut dire que l'Albiceleste a réalisé une belle Coupe du Monde et n'a pas vraiment été inquiétée avant cette 113e minute de jeu et le but de Götze. L'une des images de ce tournoi sera donc aussi le visage décomposé de Lionel Messi, abasourdi et sans doute conscient qu'il n'a pas offert à son peuple ce qu'il attendait, à l'histoire du football sa nouvelle légende, mais surtout il n'a toujours pas réalisé son rêve d'enfant : devenir champion du monde. Il aura sans doute une nouvelle chance de le faire dans 4 ans, en Russie. D'ici là, beaucoup de choses ce seront passées. 

 

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !