Mohammed VI ne satisfait pas l'opposition | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mohammed VI ne satisfait
pas l'opposition
©

Nouvelle ère

Mohammed VI ne satisfait pas l'opposition

Les Marocains seront invités à se prononcer par référendum le 1er juillet.

Mis à jour à 14h15

Le mouvement du 20 février ne se satisfait pas des propositions de Mohamed VI. Ils ont appelé à des manifestations pacifiques dans les grandes villes du pays dimanche. Comme le résume un des représentants du mouvement :

Le projet tel qu'il a été proposé par le roi ne répond pas à nos revendications pour une véritable séparation des pouvoirs

Le 18/06 à 11h11

Mohammed VI souhaite donner plus de pouvoir à l'exécutif. Il a présenté vendredi un projet de réforme visant à renforcer le statut du Premier ministre. Si la réforme est validée, ce dernier aura la possibilité de dissoudre le Parlement. De plus, le roi ne pourra plus choisir le chef de gouvernement de son choix. Il devra obligatoirement appartenir au parti qui est arrivé en tête aux élections.

Dans son allocution, Mohammed VI a expliqué à ses sujets qu'ils seraient consultés sur le sujet lors d'un référendum le 1er juillet. Il les exhorte à voter "oui" :

"(Je voterai oui) en raison de la ferme conviction que ce projet de constitution prend bien en compte les principes démocratiques, les institutions orientées vers le développement et les mécanismes requis de bonne gouvernance et parce qu'il préserve les droits et la dignité de tous les Marocains, en restant fidèle aux principes de l'équité et de l'Etat de droit."

La réforme est aussi censée mieux garantir l'indépendance de la justice. Quant au roi, il gardera son titre de "Commandeur des croyants", et sa personne restera "inviolable". 

Lu sur Jeune Afrique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !