Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le maire de Nice assure que 4000 migrants ont été repérés dans sa ville depuis janvier 2015.
Le maire de Nice assure que 4000 migrants ont été repérés dans sa ville depuis janvier 2015.
©Reuters

Réaction

Migrants en Méditerranée : Estrosi veut "taper fort sur les réseaux de passeurs"

Le député UMP estime ce vendredi qu'il faut désormais créer "une force capable de couler les navires dans les ports où les passeurs essaient d'embarquer les migrants".

Invité par Europe 1 ce vendredi, Christian Estrosi a évoqué l'afflux de migrants clandestins en Méditerranée, affirmant vouloir "taper fort sur les réseaux de passeurs (...) partout en Afrique, où ils exploitent ces pauvres gens au nom de la dignité humaine"". Le maire de Nice, où des centaines de clandestins ont été interpellés cette semaine, a considéré comme essentielle la création d'un "blocus avec une flotte aérienne et une flotte navale le long des côtes du sud" afin de juguler l'arrivée des migrants.

Le député UMP estime qu'il faut désormais créer "une force capable de couler les navires dans les ports où les passeurs essaient d'embarquer les migrants" mais aussi "frapper les passeurs partout en Afrique, où ils exploitent ces pauvres gens au nom de la dignité humaine". Christian Estrosi a aussi assuré avoir "créé une force de dissuasion, avec des caméras et des arrêtés municipaux (...) constitué un contre-pouvoir à l'Etat socialiste qui n'a pas joué son rôle".

D'après lui, ce dispositif permet à la ville de Nice de rester une simple "zone de transit" à l'instar de Calais. Le maire de Nice rappelle que 4000 migrants ont été repérés dans sa ville depuis janvier 2015, soit deux fois plus que l'année dernière à la même époque. Selon lui, l'Europe doit initier rapidement "une politique de développement de l'Afrique". 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !