Migrants : la France ne sera pas un pays "de campements", assure François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Migrants : la France ne sera pas un pays "de campements", assure François Hollande
©Reuters

Pas de mini-Calais

Migrants : la France ne sera pas un pays "de campements", assure François Hollande

Le président veut des "centres d’accueil et d’orientation [CAO] répartis sur l’ensemble du territoire".

Le président de la République a répondu ce samedi aux hommes politiques de droite et d'extrême droite qui, comme le président par interim des Républicains Laurent Wauquiez, accusent le gouvernement de vouloir créer des "mini-Calais" dans toute la France. En visite dans un centre d'accueil de migrants, à Tours, François Hollande a expliqué que la volonté du gouvernement, "c’est de démanteler Calais entièrement et de pouvoir avoir des centres d’accueil et d’orientation [CAO] répartis sur l’ensemble du territoire".

Pour l'instant, 140 CAO ont été créés pour l’heure dans 80 départements pour accueillir quelque 9 000 migrants, rappelle Le Monde.

"Nous faisons en sorte d’accueillir humainement, dignement des personnes qui vont faire leur demande de droit d’asile. Celles et ceux qui pourront faire valoir ce droit seront donc dans une démarche d’intégration" et les autres seront raccompagnées à la frontière, "c’est la règle et ils la connaissent parfaitement", a déclaré le chef de l’Etat.

"La France, ce n’est pas une France où on trouvera des campements (…) Il ne peut pas y avoir en France de camps", a-t-il ajouté. 

"J’ai confiance dans mon pays, je sais ce qu’il est capable de faire parce que nous avons un nombre limité de demandeurs d’asile, 80 000", a déclaré François Hollande, en faisant valoir que l'Allemagne en a accueilli plus d'un million.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !