Migraine : Mesdames, vous êtes servies... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
En France, 5 millions de femmes sont migraineuses. Un chiffre en augmentation depuis deux décennies.
En France, 5 millions de femmes sont migraineuses. Un chiffre en augmentation depuis deux décennies.
©Flickr/quinn.anya

Pas ce soir chéri...

Migraine : Mesdames, vous êtes servies...

Les femmes seraient plus sensibles à la migraine. Selon une récente étude américaine, votre cerveau, mesdames, serait plus réceptif aux douleurs qui y sont liées.

C'est encore une injustice entre les hommes et les femmes. Cette fois, il concerne la migraine. Les femmes sont en effet plus nombreuses que les hommes à souffrir de migraines. Pourquoi ? Tout simplement parce que leur cerveau est plus réceptif aux douleurs qui y sont liées. La revue scientifique Brain apporte un éclairage sur cette question puisque les chercheurs sont parvenus à démontrer que les cerveaux des femmes migraineuses affichaient des différences de structure et de fonctionnement.

Les médecins ont observé les cerveaux de 44 hommes et femmes dont la moitié souffrait de migraines, en leur faisant passer des IRM. Durant l'expérience, aucun participant ne souffrait réellement de migraine mais une petite douleur leur était infligée à la main. Le résultat est très vite apparu. Les femmes migraineuses perçoivent davantage les informations douloureuses. Et qui plus est de manière plus intense. Deuxième constatation, les zones de leur cerveau qui s'activent sont différentes de celles des hommes.

En France, 5 millions de femmes sont migraineuses. Un chiffre en augmentation depuis deux décennies. Vous comprenez, dès lors, messieurs, pourquoi vous entendez si souvent le fameux "pas ce soir chéri, j'ai la migraine..."

Le figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !