Michelin va supprimer 2.300 postes en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michelin industrie emplois pneus
Michelin industrie emplois pneus
©Nicolas Armer / dpa / AFP

Restructuration

Michelin va supprimer 2.300 postes en France

Le groupe Michelin se restructure pour améliorer sa productivité. De nombreux emplois sont menacés à travers l'Hexagone.

Un peu plus d'un an après avoir annoncé la fermeture de l'usine de la Roche-sur-Yon, Florent Menegaux, le président de Michelin, va mettre en plance un plan d'amélioration de la productivité pour le groupe en France. Les emplois administratifs seront concernés, essentiellement au siège de Clermont-Ferrand. Des réductions d’effectif sont également à prévoir dans les 14 usines historiques en France. 2.300 postes seront supprimés sans départs contraints dans les trois années à venir, sur les 20.000 que compte Michelin dans le pays et les 130.000 dans le monde. Aucune usine ne fermera. Malheureusement cet engagement ne peut être pris sur des fermetures lors des prochaines années. 

Le pneu représente aujourd'hui près de 90% du chiffre d'affaires de Michelin. Ce taux sera à 75% dans dix ans. 

Michelin a déjà fermé son usine Bamberg (858 salariés) dans le sud de l'Allemagne qui fabriquait majoritairement des pneumatiques premium pour les véhicules de tourisme ainsi que celle de la Roche-sur-Yon (619 salariés) qui produisait des pneus pour poids lourds.

Michelin est parvenu à maintenir sa première place dans le classement mondial des fabricants de pneus en transformant sa production vers les produits haut de gamme et de spécialité (génie civil, aéronautique) et en se tournant vers des matériaux de haute technologie.

Le secteur du pneu est en pleine restructuration en Europe, comme en témoigne la fermeture de l'usine Bridgestone de Béthune.

20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !