L'infréquentable Michele Bachmann | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'infréquentable
Michele Bachmann
©

Tout pour plaire

L'infréquentable Michele Bachmann

La candidate républicaine dérape sur l'esclavage, pendant que les thérapies anti-gay de son mari sont mises en cause.

L'égérie néoconservatrice Michele Bachmann a un peu de mal à plaire en dehors du Tea Party. Et ce n'est pas ce nouveau dérapage qui va aider la candidate à l'investiture républicaine à redorer son blason. Le site américain Politico rapporte que la candidate a accepté de signer un texte sur les valeurs du mariage qui comprend une phrase plus que douteuse sur l'esclavage :

"L'esclavage a eu un impact désastreux sur les familles noires-américaines, mais malheureusement un enfant né esclave en 1860 avait plus de chances d'être élevé par sa mère et son père dans le même foyer qu'un enfant noir-américain né après l'élection du premier président noir-américain."

Le groupe ultra conservateur à l'origine du texte a retiré cette mention à l'esclavage, mais le mal est fait. Il s'agit d'un dérapage de plus pour Michele Bachmann, dont la presse démocrate s'amusait déjà à décrypter les affirmations fausses

Dans le même temps, les activités du mari de Michele Bachmann sont elles aussi passées au crible. Le Daily Beast note que Marcus Bachmann a proposé pendant plusieurs années une thérapie pour "soigner" les homosexuels, alors que ces programmes sont accusés d'affecter profondément la santé mentale de leurs patients. Sans oublier que le doctorat de Marcus Bachmann a été obtenu par correspondance, ce qui met encore un peu plus en cause ses compétences. Ces informations ne toucheraient pas directement la candidature de Michele Bachmann si cette dernière ne clamait pas qu'elle prenait toujours en compte les conseils de son mari. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !