Michael Schumacher : son dossier médical volé à Grenoble et proposé à la presse pour 48 000 euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Michael Schumacher : son dossier médical volé à Grenoble et proposé à la presse pour 48 000 euros
©

Voyous

Michael Schumacher : son dossier médical volé à Grenoble et proposé à la presse pour 48 000 euros

Le CHU de Grenoble, où a été hospitalisé l'ex-pilote de Formule 1 pendant six mois après son accident de ski, a porté plainte.

Tout le mystère reste entier sur le dossier médical de Michael Schumacher. "Le vol a été signalé et les autorités ont été saisies", a rapidement réagi la porte-parole de l'ancien pilote, Sabine Kehm, dans un communiqué cité par des médias allemands et britanniques, dont Bild et The Daily Mail. Les documents auraient été volés trois jours avant que le champion allemand ne soit transféré à l'hôpital de Lausanne, en Suisse.

C’est le journal allemand Bild qui révèle l’information : ces données ultra confidentielles auraient été dérobées pour être vendues à des médias allemands, anglais et français contre la somme de 60 000 francs suisses. 

"Depuis plusieurs jours, des documents volés et des données sont mis en vente. Le vendeur affirme qu'il s'agit du dossier médical de Michael Schumacher", a commenté la porte-parole, affirmant ne pas savoir si les documents sont réellement "authentiques".

Les amis et la famille de Michael Schumacher ont prévenu qu'ils attaqueraient en justice chaque média qui publiera ces documents, en précisant que de tels achats de données sont " interdits". "Les données du dossier médical sont hautement confidentielles et ne peuvent pas être rendues accessibles au public" a encore souligné la porte-parole de l'ancien champion. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !