Michael Jackson : le "King of Pop" de nouveau accusé de pédophilie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le roi de la pop a de nouveau été accusé de pédophilie
Le roi de la pop a de nouveau été accusé de pédophilie
©Reuters

Nouveau scandale

Michael Jackson : le "King of Pop" de nouveau accusé de pédophilie

Un chorégraphe australien a accusé jeudi le chanteur de l'avoir agressé sexuellement pendant sept ans et affirme qu'il était un "pédophile".

Michael Jackson était un "pédophile et un tyran sexuel auprès des enfants". C’est par ces mots, lancés sur la chaîne américaine NBC que Wade Robson a accusé la star américaine, décédée le 25 juin 2009. Il avait pourtant déclaré en 2005 que le chanteur ne l'avait jamais touché, lors d'un procès contre la star sur de présumées agressions sexuelles. Au terme de ce procès retentissant, Michael Jackson avait été acquitté.

"Il m'a agressé sexuellement de l'âge de 7 ans jusqu'à 14 ans. (...) Il a pratiqué des actes sexuels sur moi et me forçait à (en) pratiquer sur lui", a précisé le chorégraphe de 30 ans. Des médias locaux ont rapporté la semaine dernière que cet ancien danseur avait porté plainte le 1er mai contre Michael Jackson devant un tribunal de Los Angeles pour "agressions sexuelles durant l'enfance". Les documents judiciaires sont toutefois sous scellés, si bien que les détails de la plainte ne sont pas connus, selon le Los Angeles Times.

Pour l'avocat de Wade Robson, Henry Gradstein, "Michael Jackson était un monstre et chaque personne normale dans son coeur le sait", selon un communiqué.

La famille et les amis de Michael Jackson ont tout de suite réagi : son ex-femme, Debbie Rowe, s'est indignée de ses accusations : "Sa tentative pour être sur le devant de la scène est opportuniste et suinte la fausseté", a-t-elle déclaré sur le site du journal TMZ.

Retrouvez un des plus grands tubes du Roi de la Pop, dont le clip décrit les ravages de la célébrité :

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !