Meurtre de Fiona : 20 ans de réclusion criminelle pour Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Meurtre de Fiona : 20 ans de réclusion criminelle pour Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf
©Thierry Zoccolan / AFP

Justice

Meurtre de Fiona : 20 ans de réclusion criminelle pour Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf

Les deux accusés ont été condamnés dans la nuit de samedi à dimanche en appel à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de la petite Fiona en 2013.

Le verdict est tombé dans la nuit. Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf en appel à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de la petite Fiona en 2013.

Ils ont été condamnés pour "violences volontaires en réunion ayant entraîné la mort de la fillette sans intention de la donner".

Ce samedi, l’avocat général avait requis une peine de trente ans de prison à l’encontre des deux accusés, qui étaient jugés en appel depuis le 29 janvier devant les assises de la Haute-Loire.

"Ces violences ont été activées par les deux, par la répétition dans le temps et par la localisation (des coups) sur la tempe gauche de Fiona", avait déclaré l’avocat général Raphaël Gentile de Sanesi lors de son réquisitoire. Selon lui, Cécile Bourgeon n’est ni passive, ni instrumentalisée. "Vous avez votre libre arbitre. Et votre libre arbitre c'est de vous être opposée à l'épanouissement de Fiona".

En première instance, Cécile Bourgeon avait été condamnée à cinq ans de prison pour quatre délits dont "dénonciation de crime imaginaire" et Berkane Makhlouf avait été condamné à 20 ans de réclusion pour ces mêmes faits. Cécile Bourgeon avait été acquittée du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le parquet général de Riom avait alors décidé de faire appel du verdict.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !