Médicaments : un site Internet officiel pour mieux s'informer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le ministère de la Santé veut renseigner le plus possible sur les médicaments commercialisés en France.
Le ministère de la Santé veut renseigner le plus possible sur les médicaments commercialisés en France.
©Flickr

Vous saurez tout !

Médicaments : un site Internet officiel pour mieux s'informer

Le ministère de la Santé lance ce mardi une base de données publique sur les médicaments délivrés en France.

A l'heure où la contrefaçon de médicaments est en plein boom, les patients ne sont jamais trop informés. Le ministère de la Santé lance ce mardi le site www.medicaments.gouv.fr. Selon le décret publié au Journal officiel dimanche, cette base de "données administratives et scientifiques sur les traitements ainsi que sur le bon usage des produits de santé" vise "à servir de référence pour l'information des professionnels de santé, des usagers et des administrations compétentes en matière de produits de santé".

Ce site fournira notamment des données sur la composition "qualitative et quantitative en substances actives" des produits, ses conditions de prescription, ses différents noms commerciaux, ses indications thérapeutiques et "des informations de sécurité sanitaire". On pourra aussi y trouver le prix de vente et le taux de remboursement des médicaments, précise Métro News. Par ailleurs, les internautes auront accès à une rubrique "Questions/Réponses".

Ne figureront sur ce site que les informations concernant les médicaments bénéficiant d'une autorisation de mise sur le marché délivrée en France. Les données relatives aux produits retirés du marché ou qui ne sont plus commercialisés ne seront plus accessibles après un délai de deux ans.

Lu sur Métro News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !