Mediator : Servier savait depuis 1995 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Mediator : Servier 
savait depuis 1995
©

Non-dit

Mediator : Servier savait depuis 1995

Plusieurs coupes-faim de Servier, interdits en 1995, contenaient la même particule que le Mediator.

Selon Le Monde qui révèle ce jeudi l’affaire, les laboratoires Servier ne pouvaient pas ignorer les dangers du Mediator. Etudiés depuis 1990, les chimistes de Servier ont découvert les effets secondaires produits par le médicament. Dans la composition du Médiator, on retrouve une substance, la norfenfluramine, identifiée en 1995 comme responsable de la toxicité des coupes-faim de Servier. Ces médicaments, l'Isoméride et le Ponderal, sont interdits depuis 1999.

Par conséquent, il n’est pas envisageable de penser que la direction de Servier ait pu ignorer ce phénomène. Il semblerait que le laboratoire ait minimisé le problème de parenté entre les trois médicaments, en particulier dans ses documents que s’est procuré Le Monde.

Une étude menée en 1995 démontrait que l'Isoméride et le Ponderal entrainaient de grave effets secondaires : hypertension artérielle pulmonaire, insuffisances cardiaques.

Pourtant, le laboratoire Servier a toujours affirmé que lesactivités pharmacologiques du Médiator étaient « radicalement différentes » de celles des deux coupes-faim interdits en 1995.

Mercredi, le Conseil des ministres à entériné l'ouverture d'un fond spécifique d'indemnisation des victimes du Médiator. Le même jour, on apprenait que certains plaignants avaient reçu des appels insistant pour que les plaintes soient retirés en contrepartie de somme d'argent. Certaines victimes du Médiator parle de 140 000 euros contre leur silence.

lu sur MaxiSciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !