Martine Aubry tempère (un peu) : "Je ne remets pas en cause en bloc la politique du gouvernement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Martine Aubry a adouci ses critiques ce lundi
Martine Aubry a adouci ses critiques ce lundi
©Reuters

Chaud et froid

Martine Aubry tempère (un peu) : "Je ne remets pas en cause en bloc la politique du gouvernement"

La maire de Lille a indiqué aussi ce lundi matin sur France Inter qu'elle ne souhaitait pas "être un recours".

A quoi joue Martine Aubry ? Alors qu'elle s'est montrée très critique à l'égard de l'exécutif dimanche dans une interview au JDD, la maire de Lille a un peu tempéré ses attaques ce lundi matin sur France Inter. Un peu seulement car elle a néanmoins réexpliqué que la politique économique menée n'était pas la bonne selon elle. 

"Je ne remets pas en cause en bloc la politique du gouvernement. Il faut faire des économies, c'est une évidence mais il faut redoser la politique économique", notamment en direction des ménages, et "redonner un peu de sens à ce que nous faisons aujourd'hui" a-t-elle lancé. Pour elle, il faut davantage de pédagogie et d'explications. Martine Aubry a indiqué qu'elle souhaite la réussite de François Hollande. "J'ai tout fait pour qu'il réussisse à la présidentielle" et "je veux absolument qu'il réussisse" a-t-elle soutenu. 

Et que ferait-elle si le président de la République l'appelait à Matignon ? "Je ne souhaite pas être un recours, je souhaite simplement pouvoir débattre. (...) Je ne suis pas dans cette logique-là. Manuel Valls est aujourd'hui au gouvernement. C'est un homme qui a des nerfs, il peut accepter le débat. Je pense que ça a été un bon ministre de l'Intérieur, aujourd'hui il faut qu'il accepte ce débat-là pour tous ceux qui veulent aider à réussir"a lancé la maire de Lille ajoutant vuloir le calme : "je n'ai pas vocation à organiser l'opposition au gouvernement".

Ne pas opposer les personnes au sein du parti, voilà le credo de Martine Aubry. Pour elle, c'était donc une "erreur" d'avoir qualifié les députés socialistes réfractaires à la politique du gouvernement de "frondeurs" car ce sont "des hommes et des femmes de bonne volonté", "des gens qui veulent la réussite du gouvernement". La maire de Lille a donc manié le chaud et le froid. Comme souvent. Martine Aubry en raffole.

Lu sur France Inter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !