Manuel Valls dément un conflit avec Martine Aubry après le démantèlement d'un camp de Roms | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls dément un conflit avec Martine Aubry après le démantèlement d'un camp de Roms
©

Ambiance

Manuel Valls dément un conflit avec Martine Aubry après le démantèlement d'un camp de Roms

Le ministère de l'Intérieur tente d'éteindre la polémique, après les déclarations incendiaires de la première secrétaire du PS. La maire de Lille s'est emportée d'avoir appris par la presse le démantèlement d’un camp de la métropole lilloise.

[Mise à jour le 19 août à 9h30]

Du rififi au PS sur le démantèlement des camps de roms à Lille ? Manuel Valls a tenté samedi de couper court à la polémique, en déclarant lors d'un déplacement à Pignans (Var) que tout allait "très bien" entre Martine Aubry et lui.

"La préfecture a été en contact permanent avec le cabinet de Martine Aubry et avec le premier vice-président, puisqu’elle était en vacances", a-t-il expliqué, pour justifier le fait que la première secrétaire du PS n'ait pas été prévenue.


[Article publié le 18 août à 10h30]

Martine Aubry a vu rouge, après le démantèlement d’un camp de Roms à Lille. Le préfet avait oublié de l’en avertir personnellement et c’est via la presse qu’elle l’a découvert.

La maire de Lille a même abrégé ses vacances pour regagner, jeudi, sa mairie. La première secrétaire du PS serait d’autant plus remontée qu’elle estime que sa ville est "absolument exemplaire" en matière d’accueil de gens du voyage.Trois villages d’insertion ont été créés et trois autres sont en cours d’installation. Des terrains, aussi, ont été aménagés pour plus de confort et d’hygiène.

Elle n’est pas la première à s’énerver contre Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Au sein même su gouvernement, des voix se sont élevées contre les démantèlements des dernières semaines. Cécile Duflot, la ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, estime ainsi qu'"une politique humaine, efficace et exemplaire reste à construire", tout en rappelant la promesse de François Hollande : "Pas de démantèlements sans solutions alternatives".


La réunion interministérielle sur la question des Roms, prévue la semaine prochaine promet d’être houleuse. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !