Mark Zuckerberg contre les lois anti-piratage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Mark Zuckerberg contre les lois anti-piratage
©

Engagé

Mark Zuckerberg contre les lois anti-piratage

Après le blackout des poids lourds du web, Wikipedia, Google ou encore Firefox, le patron de Facebook a également pris position contre les lois SOPA et PIPA.

Pour protester contre les lois anti-piratage SOPA et PIPA, qu'examinent actuellement les parlementaires américains, les géants du web ont procédé ce mercredi à un vaste blackout. Les pages anglophones de Wikipedia étaient tout simplement inaccessibles, le logo de Google barré d'un bandeau noir.

Mark Zuckerberg s'est également opposé à ces lois. Et aux grands maux les grands remèdes, le patron de Facebook s'est exprimé sur... Twitter. Un "événement", puisqu'il n'avait rien posté sur le site de micro-blogging depuis mars 2009. Dans ce très court post, Mark Zuckerberg renvoie en fait à sa propre page Facebook, sur laquelle il développe plus en détails son argumentaire :

"Internet est l'outil le plus puissant que nous ayons pour créer un monde plus ouvert et connecté. Nous ne pouvons laisser des lois peu pensées se mettre en travers de son développement. Facebook s'oppose aux projets de loi SOPA et PIPA, et continuera à s'opposer à n'importe quelle loi s'attaquant au développement d'internet. Le monde d'aujourd'hui a besoin de leaders politiques pro-internet. Nous avons travaillé des mois durant avec beaucoup de ces gens pour trouver de meilleurs alternatives que ces propositions. Je vous encourage à vous renseigner sur ces questions et à dire au Congrès que vous voulez que les élus soient pro-internet", écrit-il.

L'objectif des deux projets de lois est d'obliger les fournisseurs d'accès Internet et les moteurs de recherche à bloquer l'accès  aux sites contenant des contenus illégaux et à les déréférencer. SOPA prévoit également des peines de prison contre les internautes qui publieraient des contenus en violant les droits de leurs auteurs.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !