Marine Le Pen n'a plus de permis et doit 3 000 euros aux avocats embauchés pour le récupérer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen n'a plus de permis de conduire
Marine Le Pen n'a plus de permis de conduire
©Reuters

Justice

Marine Le Pen n'a plus de permis et doit 3 000 euros aux avocats embauchés pour le récupérer

C'est ce que révèle le Canard enchaîné dans son numéro de mercredi.

Depuis 2012, Marine Le Pen n'a plus le permis. Une information qui en soit n'a pas grand intérêt. Mais en y regardant de plus près, il y en a tout de même. En effet, comme le révèle le Canard enchaîné à paraître mercredi 1er octobre, la présidente du Front national aurait perdu son permis de conduire suite à de nombreuses contraventions pour excès de vitesse et autres feux rouges grillés. Mais à force de multiplier les infractions, il n'y a plus de points sur le papier rose. Ainsi, selon l'hebdomadaire satirique, elle aurait perdu son permis en 2012, après un ultime feu rouge grillé. 

Mais Marine Le Pen a tenu à s'opposer à cette annulation. Fin 2012, selon le palmipède, l'eurodéputé engage le cabinet d’avocats parisiens Dufour & associés, spécialisé dans le droit automobile et le contentieux du permis à points, afin d'engager des procédures contre l’Etat. Problème, selon le Canard enchaîné, Marine Le Pen n'a jamais payé pour ce cabinet. C'est pourquoi celui-ci a récemment saisi le bâtonnier du barreau de Paris pour réclamer son dû : des frais d'honoraires de 3 000 euros. Raison invoquée par Marine Le Pen : celui qui s’occupait de son dossier a quitté le cabinet, elle ne serait donc plus tenue de s'acquitter des honoraires. Une explication qui n'a pas convaincu le bâtonnier puisque le 19 septembre il a exigé que la présidente du Front national paie ses arriérés. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !