Marine Le Pen fait sa rentrée sur des thèmes sécuritaires et identitaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen fait sa rentrée sur des thèmes sécuritaires et identitaires
©AFP

Retour aux fondamentaux

Marine Le Pen fait sa rentrée sur des thèmes sécuritaires et identitaires

Marine Le Pen a lancé un appel à la rénovation du Front national, ce samedi à Brachay (Haute-Marne).

Après une très longue pause estivale, Marine Le Pen a fait sa rentrée politique ce samedi à Brachay, où elle a livré un discours revenant aux fondamentaux du parti, dénonçant le laxisme sécuritaire et la submersion migratoire. "Je reviens avec une grande détermination et le sentiment d’une ardente obligation d’agir, non pour moi mais pour vous, non pas seule mais avec vous", a-t-elle lancé devant environ 500 personnes.

Après être revenue sur les campagnes présidentielle et législatives, se félicitant d'avoir pu faire élire huit députés à l'Assemblée et confiant son espoir de voir d'autres sénateurs FN élus lors des sénatoriales du 24 septembre, elle a largement critiqué ses adversaires politiques. L'extrême gauche d'abord, "dominée par les islamo-trotskistes de La France insoumise, salmigondis de contestataires qui puisent leurs aspirations dans les pires dictatures, Cuba hier, le Venezuela aujourd’hui". Le gouvernement ensuite : "Le macronisme, c’est le triomphe de la classe dominante avec pour seul vernis moral les droits de l’homme et pour seules valeurs et finalités l’argent".

Sur le sujet de la sécurité, elle a dénoncé "le long chapelet des attentats islamistes". "Si j'ai entendu une parole jupitérienne, je n'ai pas vu la foudre tomber. Ni sur les fichiers S, ni sur les djihadistes de nationalité française de retour sur notre sol, rien non plus sur la fermeture effective des mosquées de la haine, rien sur la réforme de notre code de la nationalité qui est une machine à franciser les djihadistes… Il semble que le statut de la première dame ou l'arrivée d'un animal de compagnie à l'Elysée soient davantage un sujet de conversation que des mesures concrètes pour l'éradication des terroristes…"

Autre sujet sur lequel elle était restée plus discrète lors de la campagne présidentielle : l'immigration. Pour elle, Angela Merkel, Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy sont "sont coupables des noyades en Méditerranée".

"Je le dis: ceux qui organisent la submersion commettent un crime contre la France, un crime contre l'Europe, un crime contre notre civilisation française", a-t-elle lancé.

 

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !